Première opération « décasage » pour le nouveau préfet de Mayotte

par | 4 Mar 2024 | Insécurité, Politique, Santé

Le nouveau préfet de Mayotte s’est rendu ce lundi au village d’Hamouro, dans la commune de Bandrélé. Une opération de résorption de l’habitat insalubre a débuté tôt ce matin et devrait être finalisée dans la journée. 


François-Xavier Bieuville aura à peine eu le temps de prendre ses marques avant d’être plongé dans la réalité mahoraise. Installé à la tête de la préfecture de l’île aux parfums le 27 février, il assistait ce lundi à la première opération « décasage » de l’année à Mayotte. Un total de 137 cases en tôles auront été détruites ce lundi dans les hauteurs de Hamouro (commune de Bandrélé). L’opération, prévue à la fin du mois de janvier, avait été reportée en raison des barrages qui paralysaient les routes à cette époque.

Entre 200 et 220 personnes, dont 55 familles, logeaient illégalement dans ce secteur, selon une enquête sociale réalisée par Association Point Infos Familles Aides aux Victimes (ACFAV). Elles ont, dans leur grande majorité, quitté les lieux avant le début de l’opération. Selon le préfet de Mayotte, seules 18 familles, en situation régulière, pourront bénéficier d’une solution de relogement

Toutefois, malgré la mise en place d’une permanence sociale tenue par trois associations vendredi, une seule famille a souhaité bénéficier d’un relogement. Interrogées, certaines familles expliquent préférer se reloger de leurs propres chefs car les hébergements proposés sont trop éloignés du lieu de scolarisation des enfants.

Insécurité et insalubrité

Il faut dire que l’arrivée des engins de chantier était tout sauf une surprise pour les occupants de ce quartier spontané. Dans un arrêté publié le 12 mai 2023, les services de l’Etat donnaient un mois et huit jours aux habitants pour quitter les lieux, compte-tenu de l’insalubrité du site et de l’ « insécurité publique sur ce secteur ». Des rixes entre les jeunes des villages de Hamouro et ceux de Nyambadao sont fréquentes et dérivent souvent en véritables affrontements pendant la nuit. 

« Fréquemment, et en marge des rixes inter-villages, des jets de projectiles à l’encontre des automobilistes et/ou des forces de l’ordre sont constatés, comme des faits de vols avec violence et armes blanches, alors que cette zone, qui constitue le point de départ conduisant au Mont Benara, est régulièrement empruntée par des randonneurs qui s’exposent à des agressions », constatait la préfecture de Mayotte dans cet arrêté. 

Selon le préfet François Xavier-Bieuville, il s’agit de la première opération d’une « longue série » en 2024. Sans compter Wuambushu 2, neuf opérations de ce type devraient être réalisées cette année. 

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Quatre migrants clandestins positifs au choléra à Mayotte

Quatre migrants clandestins positifs au choléra à Mayotte

Mayotte fait face à une inquiétante recrudescence du choléra, avec quatre nouveaux cas confirmés ce mercredi 10 avril, portant à cinq le nombre total de personnes touchées par cette maladie depuis le 18 mars. L’origine de cette nouvelle vague d’infections remonte à l’arrivée sur l’île d’une personne en provenance clandestine, marquant le retour officiel du choléra à Mayotte.

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.