Hamouro : Cinq suspects en garde à vue suite aux émeutes

par | 11 Jan 2024 | Insécurité, Justice

Suite aux violences survenues le week-end dernier à Hamouro, village de la commune de Bandrélé, la gendarmerie de Mayotte a procédé, dès l'aube de ce mercredi, à l'interpellation de cinq individus suspectés d'être impliqués dans les récents caillassages.


Ces arrestations s’inscrivent dans le cadre d’une opération visant à répondre aux incidents de barrages et caillassages dans le secteur, comme l’a souligné le général Lucien Barth, commandant de la gendarmerie locale.

Ces gardes à vue interviennent dans un contexte où les forces de l’ordre accentuent leurs efforts pour judiciariser les violences urbaines. Les suspects devraient rester en détention jusqu’à jeudi, en attendant la décision du parquet sur la suite de la procédure rapporte Mayotte Hebdo.

Cette intervention fait suite à un incident similaire survenu à Koungou. Le 8 janvier, un jeune homme a été condamné à huit mois de prison ferme pour sa participation active à des violences, notamment l’érection d’une barricade et le caillassage de véhicules et de gendarmes. Cet événement avait eu lieu le 5 janvier, dans un climat de tensions entre les bandes de Majicavo-Koropa et de Kawéni à Talus 2, un quartier précaire de la région.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?

« Possédé par le diable » il est jugé pour agression au couteau

« Possédé par le diable » il est jugé pour agression au couteau

Un homme de 63 ans, atteint de psychose paranoïaque, a comparu ce mardi devant le Tribunal Judiciaire de Mamoudzou pour une agression au couteau. Le prévenu, en détention provisoire depuis plus d’un an, avait poignardé son voisin en avril 2023, persuadé que celui-ci était « possédé par le diable ».