Nouvelles exigences pour le pèlerinage à La Mecque des mahorais

par | 27 Mai 2024 | International, Religion

Le départ des pèlerins mahorais pour La Mecque est désormais soumis à de nouvelles règles imposées par les autorités saoudiennes, mettant en péril les préparatifs de nombreuses associations locales. Ces exigences visent à améliorer la prise en charge des pèlerins dès leur arrivée en Arabie saoudite, mais compliquent également les démarches administratives des associations organisatrices.


Des Changements pour une Meilleure Organisation

Les autorités saoudiennes imposent désormais aux associations mahoraises de collaborer exclusivement avec des agences de voyages basées à Djeddah. Cette mesure vise à assurer une gestion optimale du pèlerinage, en contrôlant le flux des voyageurs et les importantes sommes d’argent générées par ces voyages. En moyenne, chaque pèlerin débourse environ 9000 euros, ce qui représente une somme significative, dont une partie échappait jusqu’ici au contrôle saoudien.

Départ du grand pèlerinage à La Mecque : Les Comoriens se rendent en Arabie Saoudite

Des Démarches Administratives Complexes

Les trois principales associations mahoraises chargées de l’organisation des pèlerinages devront désormais passer par ces agences pour toutes les étapes du voyage : recherche de logement, prise en charge de la restauration, et transferts vers les lieux sacrés. Cette nouvelle directive implique également l’ouverture de comptes bancaires à Djeddah, afin de permettre le paiement direct des prestataires locaux rapporte La 1ère.

Départs Reportés

Face à ces nouvelles exigences, les associations se trouvent dans une course contre la montre pour fournir les documents nécessaires à l’ouverture de ces comptes bancaires et pour s’adapter aux nouvelles règles. Les premiers départs pour La Mecque, initialement prévus entre le 2 et le 3 juin, risquent donc d’être reportés de quelques jours pour permettre aux associations de se conformer aux nouvelles directives.

Vers une Meilleure Transparence

L’objectif de ces mesures est de garantir une meilleure transparence financière et d’éviter les dérives observées par le passé. En centralisant les démarches administratives et financières via des agences de voyages saoudiennes, le Royaume entend mieux contrôler et encadrer le processus du pèlerinage, assurant ainsi une expérience plus sûre et organisée pour les pèlerins.

Les associations mahoraises doivent désormais s’adapter rapidement à ces nouvelles règles pour garantir le bon déroulement du pèlerinage de leurs adhérents, en espérant minimiser les perturbations et les retards dans les départs vers La Mecque.


S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Départ pour La Mecque : Près de 300 Mahorais en route malgré de nouvelles contraintes

Départ pour La Mecque : Près de 300 Mahorais en route malgré de nouvelles contraintes

Ce lundi 10 juin, près de 300 pèlerins mahorais ont pris leur envol pour La Mecque, après avoir surmonté les nouvelles exigences imposées par l’Arabie Saoudite. Cette année, les trois associations mahoraises organisant le Hadj, notamment APEL et Djahouriya, ont dû passer par des agences de voyages pour la réservation des services sur place, une condition imposée récemment par les autorités saoudiennes.

Deux comoriennes incarcérées pour homosexualité

Deux comoriennes incarcérées pour homosexualité

À Moroni, deux jeunes femmes ont été présentées à un juge et emprisonnées samedi pour atteinte aux bonnes mœurs. Les autorités comoriennes cherchent à se montrer inflexibles contre l’homosexualité après le débat déclenché par le mariage civil de deux femmes à Mayotte le mois dernier.

Statut de Mayotte : Un débat juridique et politique à l’assemblée nationale

Statut de Mayotte : Un débat juridique et politique à l’assemblée nationale

Le bureau de la commission des lois de l’Assemblée nationale a décidé de mettre en avant la question complexe du statut de Mayotte dans le cadre du droit international. Cette initiative intervient alors que le Parlement français s’apprête à débattre d’un projet de loi constitutionnel et d’un projet de loi ordinaire pour le territoire.