Leptospirose : Déjà plus de cas qu’en 2023

par | 10 Avr 2024 | Santé

Mayotte fait face à une hausse préoccupante des cas de leptospirose depuis le début de l'année 2024, surpassant déjà le total de l'année précédente. Selon Santé Publique France, 75 cas ont été enregistrés de janvier à mars, dépassant les 53 cas de toute l'année 2023.


Cette augmentation s’explique par une saison particulièrement humide favorisant la propagation de cette maladie, généralement endémique sur l’île. Les conditions d’hygiène déficientes, exacerbées par les montagnes de déchets résultant des récents barrages, contribuent également à cette situation alerte le Journal de Mayotte.

Parmi les cas signalés, 44 personnes ont été hospitalisées et un décès a été recensé. Cette tendance à la hausse est d’autant plus inquiétante que la leptospirose se développe en milieu humide et que la pluviométrie est revenue à des niveaux normaux, voire supérieurs. La leptospirose, maladie zoonotique principalement transmise par les rats, nécessite des mesures d’hygiène rigoureuses pour prévenir la contamination. Santé Publique France recommande de protéger les plaies, d’éviter le contact avec l’eau douce, de marcher pieds nus sur des sols boueux et d’installer des systèmes d’assainissement efficaces.

La leptospirose se manifeste par des symptômes similaires à ceux de la dengue, le chikungunya ou la fièvre de la vallée du Rift, rendant son diagnostic complexe. Toutefois, des tests spécifiques permettent de la détecter. En cas de symptômes, la consultation médicale est vivement conseillée.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un nouveau mort du Choléra samedi soir

Un nouveau mort du Choléra samedi soir

Le choléra a causé un deuxième décès à Mayotte ce week-end. Une femme de 62 ans, résidant sur les hauteurs de Cavani, est décédée samedi soir. La préfecture a confirmé que la cause du décès est liée au choléra. Les autorités ont immédiatement appliqué le protocole de lutte contre le choléra, procédant à la désinfection du foyer et à la vaccination des cas contacts.

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Mayotte fait face à une épidémie de choléra, exacerbée par les défis d’accès à l’eau potable et des lacunes en matière d’assainissement. Santé publique France, en collaboration avec la Cellule régionale de Mayotte et la Réserve sanitaire, intensifie ses efforts pour contrôler la propagation de cette maladie et soutenir les populations affectées.