Emmanuel Macron en faveur de la suppression du droit du sol à Mayotte

par | 20 Fév 2024 | Politique, Société

Le président de La République invoque la nécessité de répondre à une crise migratoire pouvant mener à l'effondrement des services publics sur l'île.


Cette mesure, qui vise à freiner l’afflux de migrants venant principalement de l’archipel des Comores, mais aussi récemment de la Tanzanie et d’autres régions, n’est cependant pas envisagée pour le reste de la France, soulignant l’attachement du président au droit du sol comme principe républicain.

Dans un entretien accordé à l’Humanité, le président Macron a mis en lumière la situation unique de Mayotte, devenue la première maternité de France, où la naissance sur le territoire confère la nationalité française à l’enfant.

Cette spécificité, selon lui, justifie une révision constitutionnelle permettant d’adapter la législation à la réalité socio-économique et sécuritaire de Mayotte, tout en conservant l’essence du droit du sol pour le reste du territoire national.

Cette démarche, présentée comme une nécessité pour préserver l’équilibre social et économique de Mayotte, fait écho aux préoccupations des Mahorais tous bords politiques confondus, qui ont accueilli favorablement la proposition. Le président a également mentionné la possibilité de restreindre l’accès aux droits sociaux pour les personnes en situation irrégulière, dans le but de dissuader l’immigration clandestine.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni et, plus largement, toute la Guyane, sont plongées dans une profonde consternation après l’assassinat tragique d’Hélène Tarcy-Cétout, pharmacienne de 34 ans, mère de quatre enfants. Le meurtre a eu lieu ce lundi à l’aube, alors qu’elle ouvrait sa pharmacie, un acte d’une rare violence perpétré par un individu sans domicile fixe. Cet événement tragique survient dans un contexte de montée alarmante de la violence dans la région, exacerbant l’inquiétude et la tristesse au sein de la communauté.