Uniforme scolaire en Outre-mer : Une expérimentation pour réduire les inégalités

par | 17 Jan 2024 | Education, National

L'expérimentation de l'uniforme scolaire en Guyane, à Mayotte et à La Réunion a été confirmée par le président Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse à l'Élysée le 16 janvier. Cette initiative, initialement proposée par l'ancien ministre de l'Éducation, Gabriel Attal, en décembre, débutera cette année dans 100 écoles, collèges et lycées français volontaires, y compris dans ces territoires d'Outre-mer.


L’objectif de cette mesure est d’égaliser les conditions scolaires et de combattre le « déterminisme social » dès le jeune âge, nous apprend La 1ère. Les établissements en Guyane, à Mayotte et à La Réunion expérimenteront cette uniformisation, avec un collège en Guyane, trois à La Réunion et quatre établissements à Mayotte impliqués. Si l’expérience est concluante, l’uniforme pourrait devenir obligatoire dans tous les établissements scolaires français d’ici 2026.

Cette mesure s’inscrit dans un contexte où, dans de nombreux territoires d’Outre-mer, l’uniforme est déjà une pratique courante, perçue davantage comme une tradition que comme une uniformisation républicaine. Emmanuel Macron a mis l’accent sur cette initiative dans le cadre de son projet pour une France « plus forte et plus juste« , incluant des réformes majeures dans l’éducation nationale.

Outre l’expérimentation de l’uniforme, le président a abordé d’autres sujets nationaux, tels que la régulation de l’usage des écrans chez les jeunes, la lutte contre le trafic de drogue, et des réformes visant à stimuler la croissance et à réformer le marché du travail.


Dans la même rubrique

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des Outre-mer, atterrit aujourd’hui à Mayotte pour une visite éclair mais chargée, marquant sa seconde visite officielle sur l’île. Son agenda est focalisé sur des enjeux cruciaux : la sécurité, le développement économique et l’éducation.