Retrait du mahorais Saïdali Boina Hamissi de la liste du RN avant les Européennes

par | 25 Avr 2024 | Politique

Saïdali Boina Hamissi, initialement prévu pour représenter Mayotte sur la liste du Rassemblement National aux élections européennes du 9 juin, a été écarté.


Ce retrait fait suite à la révélation de publications controversées sur sa page Facebook où il comparait les Comoriens à des « cafards » et tenait des propos dégradants sur les femmes. Ces déclarations ont suscité une vive polémique, compromettant sa candidature.

Le député Sébastien Chenu, s’exprimant sur Franceinfos, a tenté de nuancer les propos du candidat en évoquant le contexte de tension à Mayotte lié aux agressions et à la pression migratoire. Cependant, il a reconnu que les expressions utilisées étaient inappropriées rapporte Mayotte Hebdo.

Bien que la liste du Rassemblement National ne soit pas encore finalisée, la place de représentant mahorais reste à pourvoir, confirmant l’engagement du parti à inclure un candidat de Mayotte. La décision finale sur le remplacement de Saïdali Boina Hamissi n’a pas encore été annoncée.


S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Dans la perspective de redéfinir les lois régissant Mayotte, les élus locaux ont exprimé des demandes précises lors de leur récente rencontre avec le président Emmanuel Macron. La ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux, a souligné dans un courrier les enjeux cruciaux que ces lois doivent adresser, notamment en matière migratoire et de développement territorial.

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Les élus de Mayotte ont été conviés à l’Élysée ce vendredi, où ils ont été informés par le Président Emmanuel Macron et la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, de la nécessité d’une révision participative des propositions législatives prévues pour leur territoire. Initialement prévu pour une remise immédiate, le processus de finalisation des deux lois – une loi ordinaire et une loi constitutionnelle abolissant le droit du sol à Mayotte – a pris un tournant différent.

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

À l’approche de la nouvelle présentation des deux textes législatifs concernant Mayotte, l’issue du vote au Parlement reste incertaine. Emmanuel Macron, au pouvoir pour un second mandat, s’apprête ce vendredi 17 mai 2024 à soumettre de nouveau la loi Mayotte aux élus du 101e département français, en espérant cette fois répondre aux préoccupations majeures de migration, de sécurité et de développement économique.