L’interdiction de consommation d’eau levée

par | 7 Déc 2023 | Communiqué, Ressources

Dzaoudzi, 7 décembre 2023 – Après deux jours d'incertitudes, la préfecture de Mayotte et l'ARS annoncent la levée de l'alerte concernant la présence suspectée de métaux lourds dans le réseau d'eau potable.


Mardi dernier, une interdiction de consommer l’eau avait été prononcée en raison d’une alerte sanitaire. Les investigations menées en urgence par les autorités sanitaires ont heureusement permis d’écarter tout danger pour la population.

Dans un contexte de sécheresse accentuée, la nouvelle a été accueillie avec un soulagement palpable parmi les habitants. Les prélèvements effectués d’urgence par les services de santé dans les retenues collinaires de l’île ainsi que sur divers points du réseau ont tous attesté de la conformité de l’eau. Les analyses de laboratoire, communiquées hier soir, garantissent une eau sans risque, mettant fin à l’angoisse de contamination.

Cette fausse alerte souligne la fragilité de l’île face aux défis hydriques et la nécessité d’une surveillance constante. Les autorités rappellent l’importance de la vigilance et confirment leur engagement à assurer la sécurité sanitaire de l’eau à Mayotte. Une crise qui a mis en lumière la nécessité d’une gestion durable et sécurisée de l’eau dans un département ultra-marin confronté aux défis du changement climatique.

Le communiqué de presse de la préfecture de Mayotte

CP – Présence de métaux lourds dans les eaux traitées levée de l’alerte de précaution


Dans la même rubrique

« Le mouvement reste intact » en attendant de constater les promesses ministérielles

« Le mouvement reste intact » en attendant de constater les promesses ministérielles

Les responsables des forces vives de Mayotte, réunis ce lundi à l’école Hachenoi de Tsingoni, ont décidé de maintenir les barrages sur l’île, contrairement aux attentes suscitées par la récente visite du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Malgré une annonce initiale laissant présager une levée des barrages ce mercredi, les leaders du mouvement ont clarifié leur position : « Nous prendrons le temps d’étudier le retour du ministre », a déclaré Said Kambi, un des porte-paroles. « Le mouvement reste intact. »