Le Royaume-Uni va expulser ses clandestins vers le Rwanda quel que soit leur pays d’origine

par | 23 Avr 2024 | International, Politique

Le Parlement britannique a finalement adopté un projet de loi permettant l'expulsion de demandeurs d'asile vers le Rwanda. Cette décision vient après une série de va-et-vient entre la Chambre des Lords et la Chambre des Communes, dans un processus appelé « ping pong parlementaire ».


Malgré l’opposition de la Chambre des Lords, où les conservateurs sont minoritaires, le texte controversé a été ratifié dans la nuit de lundi à mardi.

 

Initialement proposé sous le gouvernement de Boris Johnson, le projet vise à expédier les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni vers le Rwanda, dans le cadre de la stratégie gouvernementale « stop the boats ». Le Premier ministre Rishi Sunak a exprimé sa détermination à mettre en œuvre le plan avant les prochaines élections législatives, malgré les controverses et les condamnations internationales.

Plus de 6500 kilomètres séparent Kigali (Rwanda) de Londres, NDLR.

La Cour suprême avait jugé une première version du projet illégale en novembre, citant le bilan du Rwanda en matière de droits de l’homme. Toutefois, un nouvel accord entre Londres et Kigali a été formé, définissant le Rwanda comme un pays tiers sûr et prévoyant des transferts financiers significatifs.

Les Lords ont longtemps résisté, exigeant des garanties sur la sécurité du Rwanda et une exemption pour certains groupes vulnérables, mais ont finalement accepté de ne plus modifier le texte. Cette loi controversée est maintenant prête à être mise en œuvre, avec des premiers vols prévus pour démarrer dans les prochaines semaines.


Chers lecteurs,

Nous portons à votre attention l’ouverture de la section commentaires sur notre site. Cet espace est conçu pour vous, afin de partager vos réflexions et d’échanger sur les sujets qui vous passionnent. Nous encourageons vivement la diversité des opinions et le dialogue constructif.

Nous tenons à rappeler que les échanges doivent rester cordiaux et respectueux. Chaque commentaire publié sur notre site fait l’objet d’une modération a posteriori afin de garantir un débat de qualité. En tant que rédaction, nous nous réservons le droit de supprimer tout commentaire que nous jugeons inapproprié, offensant ou en contradiction avec nos principes de respect mutuel. De même, le non-respect répété de nos règles peut entraîner un bannissement de l’espace de commentaire.

Nous vous invitons à consulter nos Conditions Générales d’Utilisation (CGU) pour plus de détails sur les règles de conduite à suivre. Ensemble, créons un espace d’échange enrichissant et respectueux.

Merci de votre compréhension et de votre participation active.

La rédaction de Gazeti.


 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Situation critique des Outre-mer : Audrey Belim interpelle Gabriel Attal

Situation critique des Outre-mer : Audrey Belim interpelle Gabriel Attal

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, la sénatrice (PS) de La Réunion, Audrey Belim, a vivement interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur la situation « critique » des Outre-mer. Entre la résurgence de violences en Nouvelle-Calédonie et l’épidémie de choléra à Mayotte, les territoires ultramarins sont en proie à des crises multiples et persistantes.

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Dans la perspective de redéfinir les lois régissant Mayotte, les élus locaux ont exprimé des demandes précises lors de leur récente rencontre avec le président Emmanuel Macron. La ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux, a souligné dans un courrier les enjeux cruciaux que ces lois doivent adresser, notamment en matière migratoire et de développement territorial.