De lourdes peines pour les braqueurs d’un chantier de Bandrélé

par | 19 Juin 2024 | Insécurité, Justice

Mardi, six individus ont comparu devant le tribunal correctionnel de Mamoudzou pour tentative de vol avec arme et recel de bien en bande organisée. Les faits remontent à la nuit du 5 juillet, lorsque "le cerveau" présumé, surnommé Jock, aurait recruté Parfum pour une opération illégale moyennant 200 euros.


Aux alentours d’une heure du matin, Parfum et sept complices se sont dirigés vers la carrière ETPC de Bandrélé. Armés de machettes, de pinces-monseigneur et d’armes de poing, ils ont été repérés par l’agent de sécurité qui a immédiatement alerté les forces de l’ordre. À l’arrivée des gendarmes, certains membres du groupe ont tenté de s’échapper, tandis que d’autres ont été appréhendés. Un des fugitifs a été blessé par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) après avoir menacé les militaires avec une machette rapporte Le JDM.

Coïncidences improbables

Tout au long de l’audience, les six accusés ont nié toute implication, affirmant qu’ils se trouvaient sur les lieux par hasard. Cependant, la présidente du tribunal, Catherine Vannier, a souligné l’invraisemblance de leurs déclarations, évoquant un scénario orchestré par des complices connaissant bien leurs rôles respectifs.

Une organisation bien huilée

L’enquête a révélé que chaque membre du groupe avait une tâche spécifique : Jock, Mario et Fahad étaient désignés comme les meneurs, Mario était chargé de couper le grillage, tandis que d’autres devaient neutraliser les gardiens et voler le coffre de l’entreprise. La planification minutieuse incluait même des vêtements de rechange pour éviter d’être identifiés par les caméras de surveillance.

De 18 à 30 mois de prison

Les six accusés ont été condamnés à des peines allant de 18 à 30 mois de prison. Malgré les tentatives de la défense pour minimiser leur culpabilité, la présidente du tribunal a jugé que les preuves étaient accablantes. Me. Baudry, représentant l’un des prévenus, a exprimé sa satisfaction quant à la peine de 24 mois infligée à son client, déjà purgée en détention provisoire. Néanmoins, ce dernier reste en prison pour d’autres infractions.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Émeutes nocturnes à Bouyouni dimanche

Émeutes nocturnes à Bouyouni dimanche

Dimanche soir, Bouyouni a été le théâtre de violentes émeutes. Vers 19h, une vingtaine de jeunes cagoulés et armés ont dressé un barrage enflammé sur la route nationale.