Condamnation de Salime Mdéré : Trois mois de sursis et une amende pour incitation à la violence

par | 7 Mar 2024 | Insécurité, Justice, Politique

Salime Mdéré, premier vice-président du conseil départemental de Mayotte, a été condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Denis à trois mois de prison avec sursis et à payer une amende de 10 000 euros.


Cette décision, rendue le 7 mars, fait suite à ses propos tenus sur Mayotte la 1ère le 24 avril, jugés comme une « provocation à commettre un crime ou un délit ».

L’affaire, qui a suscité une vive polémique, a vu Salime Mdéré poursuivi également pour « provocation à la haine raciale ». Cependant, il a été relaxé de cette accusation, le tribunal n’ayant pas estimé que ses paroles visaient des individus sur la base de leur race, ethnie ou origine. « Ces délinquants, ces voyous, ces terroristes, un moment donné, il faut peut-être en tuer. Je pèse mes mots. », avait-il affirmé, suscitant une onde de choc.

Bien que le parquet de la Réunion ait demandé trois mois de sursis accompagnés de trois ans d’inéligibilité, le tribunal n’a pas retenu la peine d’inéligibilité contre le vice-président. Cette affaire, marquant les tensions sur les questions de sécurité à Mayotte, se clôt sans entraver directement la carrière politique de Mdéré, mais avec une sanction pécuniaire significative rapporte Mayotte Hebdo.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni et, plus largement, toute la Guyane, sont plongées dans une profonde consternation après l’assassinat tragique d’Hélène Tarcy-Cétout, pharmacienne de 34 ans, mère de quatre enfants. Le meurtre a eu lieu ce lundi à l’aube, alors qu’elle ouvrait sa pharmacie, un acte d’une rare violence perpétré par un individu sans domicile fixe. Cet événement tragique survient dans un contexte de montée alarmante de la violence dans la région, exacerbant l’inquiétude et la tristesse au sein de la communauté.