Procès de Salime M’déré pour incitation à la violence

par | 1 Déc 2023 | Justice, Politique

Salime M’déré, premier vice-président du Département de Mayotte, se retrouve dans la tourmente judiciaire suite à ses propos polémiques tenus lors d'une intervention télévisée le 24 avril 2023. En pleine opération Wuambushu, alors que Mayotte faisait face à une vague de violences perpétrées par des bandes de jeunes, M’déré avait déclaré à la télévision : « Il faut peut-être en tuer », suscitant une vive controverse.


Ces mots, prononcés en direct sur Mayotte La 1ère, lui valent aujourd’hui d’être poursuivi en correctionnelle pour « incitation à la haine et provocation à la commission d’atteintes à la vie » rapporte Mayotte Hebdo.

Le procès de M’déré est prévu pour février 2024 au tribunal correctionnel de Saint-Denis de La Réunion, comme l’annonce le Journal de l’île de La Réunion. Cette délocalisation du procès, loin de Mayotte, a été décidée pour garantir l’impartialité de la justice, compte tenu du statut d’élu de M’déré et de la sensibilité de l’affaire.

Réagissant à la controverse, M’déré avait exprimé ses regrets sur Facebook, affirmant que ses paroles avaient dépassé sa pensée. Malgré ses excuses, l’affaire a suscité l’intervention du procureur de la République, Yann Le Bris, et l’attention de plusieurs associations, dont la Ligue des droits de l’Homme, SOS Racisme, ainsi que le député de Saint-Denis (La France insoumise) Thomas Porte, qui se constitueront parties civiles.

Le procès de M’déré s’annonce comme un moment clé, non seulement pour la justice, mais aussi pour la société mahoraise dans son ensemble, car il aborde des questions sensibles liées à la violence urbaine et aux réactions qu’elle suscite chez les élus et les citoyens.

 


Dans la même rubrique

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des Outre-mer, atterrit aujourd’hui à Mayotte pour une visite éclair mais chargée, marquant sa seconde visite officielle sur l’île. Son agenda est focalisé sur des enjeux cruciaux : la sécurité, le développement économique et l’éducation.