Avec l’importation massive de bouteilles d’eau, comment gérer la pollution plastique ?

par | 23 Nov 2023 | Ressources, Société

La distribution de bouteilles à toute la population a démarré ce lundi. Mais sur l’île, où les décharges sauvages se multiplient et où la collecte des déchets fait face à de nombreux obstacles, la gestion de cette nouvelle pollution plastique est un défi. 


« 400 000 litres d’eau ont été distribués, dès ce lundi, à travers les vingt-six points prévus à cet effet », annonçait ce mardi, Gilles Cantal, le préfet de l’eau. Depuis lundi 20 novembre, le territoire organise une distribution de bouteilles d’eau généralisée à toute la population. 

 

Mais l’île – qui ne capte qu’une partie de ses déchets et vit au milieu des décharges sauvages – peine déjà à gérer la pollution plastique. Pour tenter de limiter sa prolifération, l’éco-organisme Citeo, gestionnaire des déchets sur l’île, a mis en place un nouveau système de collecte. L’idée : inciter les habitants à ramener leurs bouteilles vides pour en récupérer de nouvelles. Puis envoyer ces déchets plastiques en métropole, pour assurer leur recyclage. Car aucune filière n’existe sur place. 

 

« Une véritable crise des déchets »

 

Toutefois, une partie de ces déchets se retrouvent inévitablement dans la nature. « On constate déjà une nette augmentation des bouteilles plastiques dans les rivières et les mangroves », assure Galiane Lavisse, responsable ingénierie chez Nayma, une association qui emploie des personnes en insertion pour assurer le nettoyage des plages et des cours d’eau de l’île. Car avant de généraliser la distribution, deux litres par jour étaient déjà distribués aux personnes considérées comme les plus vulnérables. Soit 60 000 habitants au total. Sans compter l’explosion de la consommation de bouteilles depuis le début de la crise de l’eau. 

 

D’autant que la prolifération des déchets n’est pas récente. Mayotte fait face à une véritable « crise des déchets », selon Galiane Lavisse, responsable ingénierie de l’association Nayma. Certains quartiers informels échappent au circuit de collecte et Mayotte est sous un régime dérogatoire pour la gestion des déchets. Ce ne sont pas les collectivités, mais l’éco-organisme Citeo qui gère en direct et sous-traite la collecte à différents acteurs. « Parfois, les poubelles débordent et il faut un mois avant que quelqu’un vienne les vider », indique un habitant. 

 

Seulement 2 % de déchets triés

 

Concernant le tri des déchets recyclables, le constat est tout aussi alarmant. Seulement 2 % se retrouvent in fine dans les bornes de tri. Contre 66 % en métropole, selon le ministère de l’écologie. Selon Citeo, ces déchets sont ensuite envoyés « dans l’hexagone », pour être recyclés. 

 

Le territoire manque également d’infrastructures. L’île ne compte, par exemple, qu’une seule déchèterie. Et les habitants, habitués à l’origine, à brûler leurs déchets pour s’en débarrasser, auraient assez peu changer leurs habitudes. Sans compter que 77 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Et qu’avant de gérer ses déchets, la priorité est donné au fait de s’alimenter. 

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Les autorités sanitaires de Mayotte lancent une alerte concernant les produits cosmétiques « MULTANI MATI ». Très populaires sur l’île, ces produits contiennent des métaux lourds tels que le plomb, le nickel, le baryum, le cobalt et le zirconium, interdits dans l’Union Européenne.

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?

Enquête publique pour la construction de la retenue collinaire d’Ourovéni

Enquête publique pour la construction de la retenue collinaire d’Ourovéni

La préfecture de Mayotte a lancé une enquête publique en vue de la déclaration d’utilité publique et de l’accessibilité des parcelles nécessaires à la réalisation de la retenue collinaire d’Ourovéni. Cette enquête, qui se déroule du 10 juin au 9 juillet, vise à évaluer la disponibilité des terrains indispensables à ce projet majeur.