Un clandestin condamné à un an de prison ferme pour avoir caillassé un gendarme

par | 23 Avr 2024 | Justice

Le tribunal judiciaire a traité l'affaire d'un jeune homme, accusé d'avoir jeté des pierres sur des gendarmes lors d'un contrôle routier à Chirongui le 22 octobre 2023. L'incident a blessé un gendarme à la tête, causant une ITT d'un jour. L'homme, déjà connu des services de police pour vol, a été jugé en comparution immédiate.


Lors de l’audience, le prévenu a admis sa participation à l’agression mais a prétendu ne pas avoir reconnu les gendarmes. La présidente du tribunal, Axelle de Forcade, a souligné l’ironie de la défense, rappelant que son client avait bénéficié d’une place en foyer grâce à ces mêmes gendarmes, qu’il a ensuite agressés rapporte le JDM.

Le contexte personnel du prévenu a été exposé : né à Anjouan, orphelin de mère à 8 ans, il a été élevé dans des conditions difficiles et n’a jamais été scolarisé. Après des petits délits à Mayotte, il a fini par vivre en marge de la société. Son avocat, Me Ibrahim, a tenté de le dépeindre comme une personne influençable, mais ses arguments n’ont pas suffi à alléger sa sentence.

La procureure a requis 12 mois de prison ferme, soulignant la gravité des faits et la nécessité de protéger les forces de l’ordre. Elle a insisté sur le caractère délibéré de l’attaque et sur son manque d’intégration dans la société mahoraise.

En définitive, le délinquant a été condamné à 12 mois de prison avec mandat de dépôt et doit payer 800 euros de dommages et intérêts au gendarme blessé.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Jugement de Rachadi Saindou et Salime Mdéré le 25 Juin

Jugement de Rachadi Saindou et Salime Mdéré le 25 Juin

Rachadi Saindou et Salime Mdéré, deux figures politiques de Mayotte, seront fixés sur leur sort le 25 juin prochain, suite à des accusations graves portant sur le détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts, parmi d’autres délits. Leur procès s’est déroulé le 21 mai, révélant les détails d’une affaire complexe mêlant emplois fictifs et marchés publics irréguliers.