Pas d’état d’urgence sécuritaire mais un renforcement des forces de l’ordre pour Mayotte

par | 27 Fév 2024 | Insécurité, Politique

La ministre déléguée chargée des Outre-mer, Marie Guévenoux, a clarifié la position du gouvernement concernant la demande d'instauration d'un état d'urgence sécuritaire à Mayotte.


À l’issue de discussions à la préfecture avec les services de l’État, elle a souligné que les mesures habituellement associées à l’état d’urgence, telles que les assignations à résidence ou les perquisitions nocturnes, ne seraient pas pertinentes ou applicables à Mayotte, en raison de particularités locales, comme l’absence d’un système d’adressage complet.

Face aux attentes des collectifs et des habitants de l’île, la ministre a exprimé une orientation différente pour améliorer la situation sécuritaire. Le gouvernement privilégiera une approche basée sur le renforcement des effectifs des forces de l’ordre et la mise en œuvre d’actions ciblées et quantifiables. Cette décision écarte donc la mise en place de l’état d’urgence sécuritaire, mais réaffirme l’engagement de l’État à assurer un niveau de sécurité élevé à Mayotte, en réponse aux préoccupations exprimées par la population et les collectifs locaux.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni et, plus largement, toute la Guyane, sont plongées dans une profonde consternation après l’assassinat tragique d’Hélène Tarcy-Cétout, pharmacienne de 34 ans, mère de quatre enfants. Le meurtre a eu lieu ce lundi à l’aube, alors qu’elle ouvrait sa pharmacie, un acte d’une rare violence perpétré par un individu sans domicile fixe. Cet événement tragique survient dans un contexte de montée alarmante de la violence dans la région, exacerbant l’inquiétude et la tristesse au sein de la communauté.