Marie Guévenoux nommée ministre déléguée à l’outremer dans le dernier remaniement du gouvernement Attal

par | 9 Fév 2024 | A la Une, Politique

Dans la dernière vague de remaniements du gouvernement de Gabriel Attal, annoncée le jeudi 8 février, le ministère délégué à l’Outremer a été attribué à Marie Guévenoux, figure montante du parti présidentiel Renaissance.


Parallèlement, Nicole Belloubet fait son retour au gouvernement en remplaçant Amélie Oudéa-Castéra à l’Éducation nationale, cette dernière restant en charge des Sports et de l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris.

Marie Guévenoux, âgée d’une quarantaine d’années et native d’Amiens, a gravi les échelons au sein de Renaissance, le parti auparavant connu sous le nom de La République en marche. Sa carrière politique, débutée à droite aux côtés d’Alain Madelin et au sein des Jeunes populaires de l’ex-UMP, a pris un tournant décisif lorsqu’elle a rejoint le mouvement d’Emmanuel Macron, encouragée par Édouard Philippe. Élue pour la première fois députée en 2017, elle a occupé des postes clés à l’Assemblée nationale, notamment celui de première questeure depuis 2022.

Sa nomination intervient dans un contexte particulièrement tendu à Mayotte, où elle devra s’attaquer sans délai à la crise engendrée par les manifestations exigeant des mesures contre l’insécurité et l’immigration clandestine.

Philippe Vigier, surnommé « Monsieur Crise de l’eau » pour son engagement dans la résolution de la crise hydrique à Mayotte, quitte son poste après une série de visites sur l’île et des efforts pour améliorer les infrastructures locales. Toutefois, sa fin de mandat a été marquée par des controverses qui ont érodé sa crédibilité dans les territoires ultramarins.

Le gouvernement Attal accueille également de nouveaux ministres et secrétaires d’État, parmi lesquels Nicole Belloubet à l’Éducation nationale, et maintient des figures comme Amélie Oudéa-Castéra, désormais en charge des Sports et de la préparation des Jeux olympiques et paralympiques rapporte Mayotte Hebdo.

Ce remaniement illustre la volonté du gouvernement de répondre aux enjeux actuels de l’Outremer et d’autres secteurs clés, tout en intégrant des compétences diversifiées au sein de l’exécutif.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Dans la perspective de redéfinir les lois régissant Mayotte, les élus locaux ont exprimé des demandes précises lors de leur récente rencontre avec le président Emmanuel Macron. La ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux, a souligné dans un courrier les enjeux cruciaux que ces lois doivent adresser, notamment en matière migratoire et de développement territorial.

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Les élus de Mayotte ont été conviés à l’Élysée ce vendredi, où ils ont été informés par le Président Emmanuel Macron et la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, de la nécessité d’une révision participative des propositions législatives prévues pour leur territoire. Initialement prévu pour une remise immédiate, le processus de finalisation des deux lois – une loi ordinaire et une loi constitutionnelle abolissant le droit du sol à Mayotte – a pris un tournant différent.

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

À l’approche de la nouvelle présentation des deux textes législatifs concernant Mayotte, l’issue du vote au Parlement reste incertaine. Emmanuel Macron, au pouvoir pour un second mandat, s’apprête ce vendredi 17 mai 2024 à soumettre de nouveau la loi Mayotte aux élus du 101e département français, en espérant cette fois répondre aux préoccupations majeures de migration, de sécurité et de développement économique.