Les évêques Africains refusent la bénédiction des couples homosexuels

par | 12 Jan 2024 | International, Religion

Les conférences épiscopales africaines, réunies à Accra (Ghana), ont exprimé leur refus catégorique de bénir les couples homosexuels, une décision récemment autorisée par le Vatican.


Cette position a été affirmée dans une déclaration intitulée « Pas de bénédiction aux couples homosexuels dans les Églises d’Afrique », élaborée sur quatre pages et signée par le Cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa et président du symposium.

Bien que réaffirmant leur communion avec le pape François, les évêques ont clairement exprimé que l’application de telles bénédictions en Afrique risquerait de provoquer des scandales et serait en contradiction avec les normes culturelles des communautés africaines.

Ils ont également souligné que le langage utilisé par le Vatican pour expliquer cette décision est perçu comme complexe et difficile à comprendre pour le grand public rapporte RFI.

La conclusion de la déclaration des évêques met en avant la position du pape contre toute forme de colonisation culturelle et rappelle que certains pays souhaitent disposer de plus de temps pour examiner en profondeur cette déclaration. Ils soulignent que bien que la possibilité de bénir les couples homosexuels soit proposée, elle n’est pas imposée.

Cette opposition face à la décision du Vatican est particulièrement marquée dans des pays comme le Malawi, le Nigeria, la Zambie et la République démocratique du Congo. Sur le continent africain, l’homosexualité reste illégale dans une trentaine de pays, et dans certains d’entre eux, comme le Nigeria, l’Ouganda et la Mauritanie, elle est même sévèrement punie.


Dans la même rubrique

La Russie prête à aider les Comores à reprendre Mayotte

La Russie prête à aider les Comores à reprendre Mayotte

Dans un élan diplomatique pour le moins surprenant, la Russie a officiellement déclaré son soutien aux Comores pour la réappropriation de l’île de Mayotte. Andrey Andreev, l’ambassadeur russe basé à Antananarivo mais également en charge des affaires comoriennes, a révélé cette position lors d’une interview avec Al-watwan, affirmant l’engagement de son pays à considérer les requêtes comoriennes conformément aux directives de l’ONU.