Les citoyens sont rejoints par les élus contre le camp de migrants de Cavani

par | 19 Jan 2024 | Insécurité, Politique, Société

À l'initiative du collectif des citoyens 2018, rapporte "Les Nouvelles de Mayotte", les élus de l'île se sont réunis avec les membres du collectif à la mairie de Mamoudzou. L'objectif de cette réunion était de décider des actions à mener pour demander à l'État le démantèlement rapide du camp de migrants du stade de Cavani.


Selon des propos de Zaïdou Bamana, consultant pour le collectif récupérés par Le Journal de Mayotte, les annonces récentes de Gérald Darmanin à La Réunion ne suffisent pas. Ils exigent des informations concrètes sur le démantèlement du camp.

La réunion a été marquée par la présence notable du maire de Mamoudzou, d’un représentant de l’association des maires et de nombreux élus du Conseil départemental, dont le président Ben Issa Ousseni. Safina Soula, présidente du collectif, a exprimé sa déception face à l’absence de plusieurs maires, notant que seuls ceux dont les structures avaient été bloquées étaient présents.

Le collectif a proposé de conseiller les élus sur la démarche à suivre pour obtenir le démantèlement du camp, tout en insistant sur l’importance de parler d’une seule voix pour éviter les divisions internes. Ils refusent toute négociation concernant la dispersion des migrants sur l’île et exigent leur renvoi.

Zaïdou Bamana a même menacé d’appeler la population à détruire le mur d’enceinte du stade de Cavani pour exposer davantage les migrants. Un grand rassemblement est prévu ce dimanche à 9 heures devant le stade pour manifester le mécontentement.

Les élus, bien qu’ils soutiennent le fond de la démarche du collectif, ont exprimé des réserves sur la forme de l’action. Ils ont plaidé pour un accès à leurs bureaux afin de pouvoir travailler à la résolution du problème. Le maire de Mamoudzou a suggéré de réfléchir à un autre statut pour Mayotte, similaire à celui de la Nouvelle-Calédonie, afin d’avoir plus de latitude dans la gestion de l’île.

La peur des migrants, notamment des Somaliens, est palpable tant chez les membres du collectif que chez les élus, alimentant les craintes de criminalité et de maladies.

Ben Issa Ousseni a exprimé sa déception face aux réponses du gouvernement concernant la loi Mayotte, notamment sur l’immigration clandestine et l’insécurité.

Le collectif et les élus restent déterminés à poursuivre leurs actions jusqu’à une intervention concrète du gouvernement sur le démantèlement du camp du stade de Cavani.


Dans la même rubrique

Homicide par balle sur fond de guerre de gang mardi soir

Homicide par balle sur fond de guerre de gang mardi soir

La nuit de mardi à Majikavo Koropa a été le théâtre d’un sanglant règlement de comptes, marquant un nouveau chapitre dans la guerre des gangs à Mayotte. Un jeune homme de 23 ans, récemment sorti de prison et réinséré professionnellement, a perdu la vie. De nouveaux éléments du parquet indiquent un violent affrontement entre les bandes de Gotham et Medellin.