L’agression de deux magistrates à Majicavo passé sous silence ce week-end

par | 18 Jan 2024 | Insécurité, Justice

Selon un scoop des "Nouvelles de Mayotte", deux magistrates et un tiers ont été victimes d'une agression choquante à Majicavo durant le week-end. L'incident, qui a été gardé discret, a vu leur voiture être violemment endommagée par une bande de voyous armés de chombos, barres de fer et de cailloux.


Cette expérience traumatisante a poussé les magistrates, visiblement très affectées, à demander leur mutation immédiate.

Cette affaire, bien que reflétant une réalité quotidienne de violences subies par les habitants de Mayotte, prend une tournure différente lorsqu’elle implique des membres du système judiciaire. Les magistrates, souvent perçues comme des figures d’autorité dispensant la justice avec clémence, se retrouvent confrontées directement aux violences extrêmes qu’elles entendent régulièrement dans leur salle d’audience.

Ce qui s’est produit à Majicavo est soudainement pris au sérieux, mais de manière discrète, évitant toute publicité. La réaction des magistrates, une vice-présidente de la chambre d’appel et une juge pour enfants révèle un fossé entre l’expérience vécue sur le terrain (Faites donc un tour sur les violences quotidiennes subies par les Mahorais dans notre rubrique insécurité, NDLR) et les perceptions au sein du système judiciaire.

La population de Mayotte, régulièrement témoin ou victime de telles agressions, exprime souvent sa frustration envers un système judiciaire jugé trop indulgent envers les délinquants. Les critiques se concentrent particulièrement sur le traitement des mineurs agresseurs, perçus comme trop souvent laissés en liberté.

Malgré plusieurs tentatives de contact, le procureur n’a pas répondu aux demandes de commentaires sollicités par Les Nouvelles de Mayotte.

Cette histoire soulève cependant des réactions chez nos députés


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?

« Possédé par le diable » il est jugé pour agression au couteau

« Possédé par le diable » il est jugé pour agression au couteau

Un homme de 63 ans, atteint de psychose paranoïaque, a comparu ce mardi devant le Tribunal Judiciaire de Mamoudzou pour une agression au couteau. Le prévenu, en détention provisoire depuis plus d’un an, avait poignardé son voisin en avril 2023, persuadé que celui-ci était « possédé par le diable ».