Crise de l’eau : « le département entre dans la phase la plus critique »

par | 24 Nov 2023 | Ressources

Alors que les faibles pluies n’ont pas permis de « préserver les retenues collinaires », la vidange des deux réserves de l’île « pourrait être imminente. » Mais bien que les habitants soient déjà privés d’eau plus de deux jours sur trois, la préfecture demande à la population d’économiser davantage la ressource, sous peine de restrictions plus sévères. 


La préfecture de Mayotte estime que la vidange des deux retenues collinaires « pourrait être imminente. » Les faibles pluies des dernières semaines n’ont pas permis de les préserver et « les perspectives météorologiques ne sont pas favorables », indique-t-elle dans un communiqué, diffusé ce jeudi 23 novembre. 

Les deux retenues collinaires de Dzoumogné et de Combani sont actuellement remplies à seulement 6 %. Leur vidange – annoncée initialement pour fin octobre, puis pour la mi-novembre – a été repoussée grâce aux pluies survenues en début du mois. Mais les précipitations ont faibli cette semaine et le département entre désormais « dans la période la plus critique de la crise », indique la préfecture. « Les ressources en eau ont atteint un niveau alarmant. » Et « faute de ressources suffisantes », la vidange de ces ressources « nécessiterait de restreindre encore l’accès à l’eau sur le réseau. » L’île de 310 000 habitants, qui connaît une pénurie d’eau historique – liée à une sécheresse exceptionnelle ainsi qu’à un manque d’investissements et d’infrastructures – prive déjà ses habitants d’eau courante plus de deux jours sur trois depuis début septembre. 

La saison des pluies n’a pas encore commencé 

Faute d’autres solutions, la saison des pluies est attendue avec impatience. Mais celle-ci n’a « pas encore commencé. » Dans ce contexte « de forte vulnérabilité », la préfecture demande à la population de diminuer encore sa consommation, pour éviter un nouveau tour de vis. « Le maintien des tours d’eau deux jours sur trois dans les prochains jours dépend de notre capacité collective à poursuivre les efforts de restriction des usages », est-il précisé. « Chaque litre économisé permet de repousser la date de rupture. » 

Le « surstockage » mis en cause, alors que la population a réduit de moitié sa consommation

Les services de l’État pointe d’ailleurs « la consommation » qui « augmente depuis plusieurs jours. » « Sur la dernière semaine, elle est passée de 26 000 à 27 700 m³/jour. Cela pourrait précipiter la vidange des retenues », indique la préfecture qui met en cause le « surstockage de l’eau durant les périodes d’ouverture. » A Mayotte, les besoins de la population sont estimés à 43 000 m³ par jour. Ces derniers mois, la consommation a déjà considérablement diminué pour atteindre 26 000 m³ par jour en moyenne.

Si les autorités s’inquiètent, c’est parce que lorsque les deux retenues collinaires seront vides, le territoire ne pourra produire que 20 000 m³ et les difficultés d’approvisionnement dans le sud seront importantes. Cette partie du territoire est, en effet, alimentée principalement par l’usine de potabilisation d’Ourovéni, qui puise en grande partie dans la retenue collinaire de Combani. 

 

 

 


Dans la même rubrique

« Le mouvement reste intact » en attendant de constater les promesses ministérielles

« Le mouvement reste intact » en attendant de constater les promesses ministérielles

Les responsables des forces vives de Mayotte, réunis ce lundi à l’école Hachenoi de Tsingoni, ont décidé de maintenir les barrages sur l’île, contrairement aux attentes suscitées par la récente visite du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Malgré une annonce initiale laissant présager une levée des barrages ce mercredi, les leaders du mouvement ont clarifié leur position : « Nous prendrons le temps d’étudier le retour du ministre », a déclaré Said Kambi, un des porte-paroles. « Le mouvement reste intact. »