Augmentation des ventes d’anti-diarrhéiques à Mayotte : liens possibles avec les coupures d’eau

par | 19 Août 2023 | Santé

Dans le contexte actuel de Mayotte, marqué par d'importantes coupures d'eau, Santé publique France a récemment mis en lumière une tendance préoccupante dans son dernier rapport du 17 août. L'organisme observe une hausse significative des ventes de médicaments anti-diarrhéiques par rapport aux années antérieures.


Ce phénomène pourrait être directement lié à plusieurs facteurs : une baisse de l’hygiène en raison de la pénurie d’eau, une hydratation insuffisante, ou encore la consommation d’eau stockée de manière inappropriée.

Toutes ces situations posent un risque sanitaire pour la population de l’île selon un article de Mayotte La 1ère.

L’impact des coupures d’eau ne se limite pas à la diarrhée. La privation prolongée d’eau potable pourrait en effet engendrer des épidémies d’infections gastro-intestinales ou de maladies plus graves comme la fièvre typhoïde et l’hépatite A.

Plus inquiétant, certaines communes sont particulièrement touchées. Tsingoni, Boueni et M’tsangamouji enregistrent des taux de vente de médicaments anti-diarrhéiques supérieurs à 3%, tandis qu’Ouangani et Dzaoudzi-Labattoir atteignent 4%. À cela s’ajoute une progression notable des infections cutanées, avec des chiffres nettement plus élevés que lors des années précédentes.

Cependant, Santé publique France se veut rassurante. Malgré ces statistiques inquiétantes, aucun autre signe d’alarme n’a été détecté à ce jour.

La vigilance reste néanmoins de mise afin de prévenir toute éventuelle crise sanitaire.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un nouveau mort du Choléra samedi soir

Un nouveau mort du Choléra samedi soir

Le choléra a causé un deuxième décès à Mayotte ce week-end. Une femme de 62 ans, résidant sur les hauteurs de Cavani, est décédée samedi soir. La préfecture a confirmé que la cause du décès est liée au choléra. Les autorités ont immédiatement appliqué le protocole de lutte contre le choléra, procédant à la désinfection du foyer et à la vaccination des cas contacts.

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Mayotte fait face à une épidémie de choléra, exacerbée par les défis d’accès à l’eau potable et des lacunes en matière d’assainissement. Santé publique France, en collaboration avec la Cellule régionale de Mayotte et la Réserve sanitaire, intensifie ses efforts pour contrôler la propagation de cette maladie et soutenir les populations affectées.