Une nuit de violence à Sada met la ville en état d’alerte

par | 18 Oct 2023 | Insécurité

Une soirée de chaos s'est abattue sur la commune de Sada mardi soir. Vers 20h30, cinq jeunes ont fait irruption dans les rues, cherchant à régler leurs comptes avec des voyous locaux dans ce qui semble être une vendetta liée à une affaire amoureuse.


Rapidement repérés, ces jeunes ont été pris pour cible par une centaine de délinquants de la commune. Avant qu’un lynchage n’ait lieu, les gendarmes sont intervenus pour les mettre à l’abri dans la brigade locale. S’ensuit un siège de six heures pendant lequel les forces de l’ordre, barricadées à l’intérieur du bâtiment, ont fait face à une pluie de pierres et des barricades érigées sur la route départementale rapporte L’info Kwezi.

D’importants renforts ont été appelés, et environ 60 hommes ont été mobilisés pour rétablir l’ordre, recourant massivement à des grenades lacrymogènes. Un court répit a permis aux gendarmes d’exfiltrer les cinq jeunes, qui seraient originaires de Dembéni, et de les reconduire dans leur village. Une fois leur départ effectué, les actes de violence ont repris contre la brigade locale. Le calme n’est revenu qu’aux alentours de 3h du matin.

Des investigations sont en cours pour identifier les instigateurs de cette violence sans précédent à Sada.

L’inquiétude demeure quant à une possible réaction de Dembéni dans les prochaines heures.

À l’heure actuelle, la zone est calme, mais l’atmosphère reste tendue.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Nouvelle-Calédonie : Un second mort lors des émeutes à Nouméa

Nouvelle-Calédonie : Un second mort lors des émeutes à Nouméa

Les émeutes en Nouvelle-Calédonie, débutées lundi, ont causé la mort d’une deuxième personne à Nouméa, a annoncé Louis Le Franc, haut-commissaire de la République, ce mercredi 15 mai. Lors d’une conférence de presse, il a qualifié la situation d' »insurrectionnelle ». Le premier décès, précisé par Le Franc, n’était pas dû à un tir des forces de l’ordre, mais à une tentative de défense par un civil.

Vaste opération de contrôle dans le bidonville de Mavadzani

Vaste opération de contrôle dans le bidonville de Mavadzani

Hier, une opération d’envergure impliquant plus de 150 gendarmes a été menée dans le quartier informel de Mavadzani, situé sur les hauteurs de Majicavo, dans le cadre de l’initiative « Mayotte place nette ». Ce quartier, l’un des plus grands bidonvilles de France, abrite environ 500 constructions précaires où vivent estimativement entre 2 500 et 5 000 personnes dans des conditions souvent insalubres.