Rachadi Saindou : le président de la CADEMA a été placé en garde à vue en raison de soupçons de délits financiers.

par | 27 Juin 2023 | Justice

Rachadi Saindou, à la tête de la CADEMA, se retrouve en garde à vue prolongée suite à une investigation ouverte en 2022. L’enquête, focalisée sur des soupçons d'emplois fictifs et de prise illégale d'intérêts, a déjà vu passer en garde à vue Salime Mdéré, suspecté de connivence avec Saindou dans un système de renvoi d'ascenseur professionnel.


La portée de l’enquête ne se limite pas à ces deux figures, puisque près d’une vingtaine d’agents, y compris la directrice générale des services et plusieurs élus, ont été interrogés. Les infractions potentielles de Saindou, président de la CADEMA, sont principalement scrutées, incluant une possible prise illégale d’intérêt.

Un marché de 280 000 euros attribué à une société nouvellement créée, May Environnement, est dans le viseur des enquêteurs. Le président de la CADEMA se défend, affirmant que le propriétaire de la société est simplement un jeune de son village, et non un proche. Pourtant, des documents officiels de la société ont été trouvés dans l’ordinateur de Saindou lors d’une perquisition rapporte Mayotte La 1ère.

Une autre incohérence concerne l’adresse de la société, qui est aussi celle du domicile du nouveau gérant, et parmi les employés de la société, on retrouve la mère de Saindou.

L’enquête s’intéresse également à l’augmentation rapide du personnel de la CADEMA sous la présidence de Saindou, passant de 36 à 120 employés.

Enfin, un autre point de contrôle porte sur les relations entre la CADEMA et son cabinet de conseil. Cette relation est mise en évidence par la visite de Wendie Renard, capitaine de l’équipe de France de football, dont le coût a été assumé par la CADEMA, et qui est représentée par le même cabinet d’avocats que la CADEMA et son cabinet de conseil. »


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

La grève à La Poste à Mayotte continue malgré une journée de confrontation judiciaire au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Depuis le 26 juin, les grévistes bloquent le centre de tri de Kaweni, un acte jugé illégal par la direction de La Poste, qui a sollicité l’intervention du tribunal pour lever ce blocage.

Peine allégée en appel pour les attaquants de la Gendarmerie de Sada

Peine allégée en appel pour les attaquants de la Gendarmerie de Sada

La chambre d’appel a rendu sa décision ce mercredi 3 juillet concernant les deux hommes initialement condamnés à quatre ans de prison ferme pour avoir commandité l’attaque de la gendarmerie de Sada, survenue fin janvier lors des mouvements de barrages. La condamnation a été confirmée, mais la peine a été réduite à deux ans de prison ferme.