Pause des factures d’eau jusqu’à fin février pour un retour en mars

par | 23 Fév 2024 | Economie, Ressources

La crise de l'eau à Mayotte, qui a suscité une intervention étatique sans précédent, se voit temporairement apaisée grâce à des mesures de soutien prolongées jusqu'au 29 février.


En réponse à cette situation critique, l’État a mis en place une exonération de paiement des factures d’eau pour les usagers, tout en maintenant des aides spécifiques pour les entreprises affectées. À partir de mars, la Société mahoraise des eaux (SMAE) prévoit de reprendre le calcul de la consommation d’eau sur la base des relevés compteur, garantissant que les périodes couvertes par le soutien étatique ne feront l’objet d’aucune facturation ultérieure. Cependant, les dettes antérieures restent dues rapporte Mayotte Hebdo.

En outre, le plafonnement du prix de l’eau en bouteille est prolongé jusqu’au 15 avril, assurant une transition douce vers une normalisation de la distribution d’eau. Un dispositif de stockage stratégique est prévu dans les administrations et collectivités locales pour pallier tout manque potentiel d’eau potable dès le début mars. Cette initiative fait suite à une amélioration notable de la situation hydrique, avec les retenues collinaires affichant des taux de remplissage rassurants, permettant une distribution d’eau aux robinets à un rythme ajusté de deux jours sur trois.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Fin de la grève à La Poste

Fin de la grève à La Poste

Après trois semaines de grève, les syndicats de La Poste ont annoncé la fin de la mobilisation ce lundi 15 juillet, suite à la signature d’un protocole d’accord avec la direction.

Un rapport de la CRC sur Mlezi Maore recommande une meilleure gestion

Un rapport de la CRC sur Mlezi Maore recommande une meilleure gestion

La chambre régionale des comptes a publié vendredi dernier son rapport sur la gestion de l’association de solidarité Mlezi Maore. Ce rapport met en lumière plusieurs points nécessitant des améliorations, notamment la clarification des statuts de l’association, la sécurisation des recrutements, et le respect des obligations légales envers les comités sociaux.