Les clandestins défavorisés par les Evasan selon la Cimade

par | 8 Mar 2024 | Société

À Mayotte, les évacuations sanitaires (Évasan) destinées aux malades en situation irrégulière dressent un tableau sombre, révélé par un rapport récent de la Cimade intitulé "Soigner, séparer, précariser". Ce document met en exergue les difficultés rencontrées par les migrants nécessitant des soins médicaux urgents.


La Cimade, qui œuvre pour la défense des droits et la dignité des réfugiés, des demandeurs d’asile, des migrants et de toute personne en situation de vulnérabilité, a publié un rapport le 7 février dernier, récriant les politiques d’Evasan depuis Mayotte.

Depuis leur mise en place dans les années 1990, encadrées par le décret du 3 septembre 2004, les Évasan ont vu leur nombre s’accroître significativement, avec quasiment 1500 évacuations depuis Mayotte en 2022 – dont 51% concernent des étrangers et environ un tiers des enfants. Majoritairement orientées vers La Réunion, ces évacuations reflètent non seulement les limites du système de santé mahorais, mais aussi une pression migratoire croissante depuis les Comores.

Ce qui ressort de ce rapport, c’est une frustration palpable de tous les bénéficiaires, qu’ils soient étrangers en situation irrégulière ou malades assurés sociaux, face à un accès contraint et parfois refusé aux soins hors de Mayotte. Les témoignages recueillis par la Cimade dépeignent des situations de discrimination, de manque de communication et de peur de ne pas pouvoir continuer les traitements nécessaires.

Au-delà de ces difficultés, le rapport critique également la stigmatisation et les obstacles à l’accès aux soins et aux droits pour ceux qui, après une Évasan, restent à La Réunion. Pour remédier à ces maux, la Cimade propose plusieurs recommandations, dont la fin des restrictions à la mobilité des personnes évacuées et l’assurance d’une continuité des soins.

Malgré les critiques, les Évasan restent une ressource vitale pour de nombreux malades, représentant un effort significatif pour garantir l’accès aux soins à ceux qui ne peuvent être traités localement. Elles sont le symbole d’un engagement public à offrir des soins à ceux qui sont hors de portée des services locaux, grâce notamment à la mise en place de moyens logistiques spécifiques. Le rapport suggère d’améliorer la communication sur le fonctionnement des Évasan et de renforcer les capacités du système de santé à Mayotte et aux Comores, pour réduire les tensions et répondre plus efficacement aux besoins des patients.

L’enjeu est de taille, non seulement pour les individus directement concernés, mais aussi pour les systèmes de santé de la région, qui doivent trouver un équilibre entre accueil et efficacité, dans un contexte marqué par des réalités migratoires et sanitaires complexes.

Source : Mayotte Hebdo


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni et, plus largement, toute la Guyane, sont plongées dans une profonde consternation après l’assassinat tragique d’Hélène Tarcy-Cétout, pharmacienne de 34 ans, mère de quatre enfants. Le meurtre a eu lieu ce lundi à l’aube, alors qu’elle ouvrait sa pharmacie, un acte d’une rare violence perpétré par un individu sans domicile fixe. Cet événement tragique survient dans un contexte de montée alarmante de la violence dans la région, exacerbant l’inquiétude et la tristesse au sein de la communauté.

(vidéo) Tsoundzou 2 cible d’une opération de police éclair

(vidéo) Tsoundzou 2 cible d’une opération de police éclair

Hier, le quartier de Tsoundzou 2 a été le théâtre d’une intervention rapide de la police nationale, supervisée sur le terrain par le préfet de Mayotte, François-Xavier Bieuville. Cette opération coup de poing s’inscrit dans une série d’actions destinées à maintenir l’ordre et la sécurité dans des zones sensibles de l’île.