Reprise du trafic des barges ce mercredi

par | 17 Jan 2024 | Economie, Météo, Société

Le Service des Transports Maritimes de Mayotte et la préfecture de Mayotte annoncent une reprise du trafic des barges ce mercredi 17 janvier en raison de conditions météorologiques favorables.


La décision de fermeture des service, dictée par la capitainerie des Affaires maritimes, faisait suite à des prévisions de vents violents et de fortes pluies annoncées par Météo France. La vigilance jaune était en vigueur à Mayotte, avec des prévisions de vents allant de 50 à 60 km/h et des rafales pouvant excéder 100 km/h, particulièrement au nord de l’île.

François Renoton, directeur d’exploitation du STM, soulignait que la navigation s’avérerait difficile dès ce mardi soir d’après nos confrères de La 1ère dans cet article daté d’hier.

Les dernières traversées prévues mercredi se sont faites à 8h30 de chaque côté, avec l’amphidrome effectuant son dernier départ à 8h45 depuis Grande Terre et à 8h15 de Petite Terre. Pour pallier l’affluence anticipée, les premiers départs ont eu lieu dès 5h du matin.

Parallèlement, une interdiction des activités nautiques, aquatiques, de baignade et de pêche a été imposée entre 6h et 17h, suite à une décision de la cellule de crise préfectorale.

Cette mesure visait à prévenir les risques liés aux rafales de vent, notamment pour les barges qui présentent un fort tirant d’air et un risque accru de dérive et de choc avec les rochers.

En cas d’urgence médicale, la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) assurerait les évacuations sanitaires entre les deux îles.

Mise à jour cependant ce mercredi avec cette communication préfectorale : reprise des activités de la STM


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

De lourdes peines pour les braqueurs d’un chantier de Bandrélé

De lourdes peines pour les braqueurs d’un chantier de Bandrélé

Mardi, six individus ont comparu devant le tribunal correctionnel de Mamoudzou pour tentative de vol avec arme et recel de bien en bande organisée. Les faits remontent à la nuit du 5 juillet, lorsque « le cerveau » présumé, surnommé Jock, aurait recruté Parfum pour une opération illégale moyennant 200 euros.