L’Allemagne réduit la gravité de possession de matériel pédopornographique

par | 22 Mai 2024 | Culture, International

Le Parlement allemand a récemment adopté un projet de loi controversé qui réduit la possession de matériel pédopornographique de crime à délit. Ce changement législatif, voté jeudi, modifie la classification de la possession et de l'acquisition de matériel d'abus sexuel sur enfants.


Un Changement de classification

Selon un communiqué de presse du Bundestag, le Parlement allemand, la possession et l’acquisition de matériel pédopornographique seront désormais sanctionnées par une peine minimale de trois mois de prison, tandis que la distribution sera punie par une peine minimale de six mois de prison. Jusqu’à présent, ces infractions étaient classifiées comme des crimes avec une peine minimale d’un an, suite à une réforme de 2021. Les peines maximales introduites en 2021 restent toutefois inchangées rapporte le Daily Caller.

Réactions partagées

La décision a suscité des réactions mitigées. La CDU (Union Chrétienne-Démocrate) et la CSU (Union Chrétienne-Sociale de Bavière) se sont opposées au projet de loi. Dans un communiqué, elles ont affirmé que « la distribution, la possession et l’acquisition de matériel pédopornographique doivent rester classifiées comme des crimes ». Elles ont ajouté que bien que l’augmentation de la gamme des peines ait posé des problèmes pratiques dans certains cas, une réduction générale de la peine n’était pas la solution appropriée.

Les partisans de la nouvelle législation, cependant, ont justifié ce changement en citant les injustices subies par les parents et les enseignants qui, en découvrant des matériaux pédopornographiques sur les appareils de leurs enfants ou élèves et en les transmettant aux autorités, se retrouvaient eux-mêmes disproportionnellement punis par la réforme de 2021. Ce projet de loi vise à corriger ces déséquilibres.

Soutien controversé

Le groupe pro-pédophile Krumme-13 (K13) a salué cette nouvelle législation dans un billet de blog daté du 17 mai, écrit par Dieter Gieseking, fondateur du groupe. Gieseking, qui a été accusé à plusieurs reprises de possession de matériel pédopornographique, a décrit la décision du Bundestag comme un retour à la justice. Il a critiqué l’absence d’excuses de la part des politiciens pour les personnes affectées par la loi de 2021.

Justifications et critiques

Le gouvernement fédéral allemand, dans son projet de loi, a justifié cette réforme en citant des retours et des demandes selon lesquels une réaction appropriée au crime et à la culpabilité n’était plus garantie dans chaque cas individuel sous la loi de 2021. La Conférence des ministres de la Justice des Länder a également demandé une réforme de cette loi.

Cependant, la nouvelle loi ne spécifie pas d’exceptions légales pour des scénarios spécifiques mais réduit globalement la gravité de la possession de matériel pédopornographique de crime à délit. Cette décision a été critiquée par de nombreux groupes de protection des enfants et des droits de l’homme, qui craignent que cette réduction de la sévérité des peines n’envoie un mauvais message et n’affaiblisse la lutte contre l’exploitation des enfants.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Deux comoriennes incarcérées pour homosexualité

Deux comoriennes incarcérées pour homosexualité

À Moroni, deux jeunes femmes ont été présentées à un juge et emprisonnées samedi pour atteinte aux bonnes mœurs. Les autorités comoriennes cherchent à se montrer inflexibles contre l’homosexualité après le débat déclenché par le mariage civil de deux femmes à Mayotte le mois dernier.

Statut de Mayotte : Un débat juridique et politique à l’assemblée nationale

Statut de Mayotte : Un débat juridique et politique à l’assemblée nationale

Le bureau de la commission des lois de l’Assemblée nationale a décidé de mettre en avant la question complexe du statut de Mayotte dans le cadre du droit international. Cette initiative intervient alors que le Parlement français s’apprête à débattre d’un projet de loi constitutionnel et d’un projet de loi ordinaire pour le territoire.