Grève des Contrôleurs Aériens : Perturbations Majeures dans Trois Aéroports Français

par | 10 Oct 2023 | National

Un mouvement de grève interprofessionnel, initié par le syndicat USAC-CGT, entraînera vendredi 13 octobre l'annulation de 40% des vols à Paris-Orly, selon une annonce de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) faite ce lundi.


L’impact de cette grève ne s’arrête pas là. Les aéroports de Marseille-Provence et Beauvais seront également touchés avec une réduction de 20% et 15% des vols, respectivement selon une information France TV info.

La DGAC informe que les perturbations commenceront jeudi soir et se prolongeront jusqu’à samedi 6 heures. Le syndicat USAC-CGT, minoritaire mais déjà très actif au printemps dernier contre la réforme des retraites, appelle à ce mouvement pour dénoncer divers problèmes au sein de l’aviation civile. Parmi eux, le syndicat pointe du doigt les impacts de la réforme sur les agents de la DGAC, une inégalité croissante en matière de salaires et une dégradation du service public de l’aviation.

La DGAC a donc demandé aux compagnies aériennes de prendre des mesures en conséquence, ce qui rend les voyages aériens particulièrement incertains en cette période.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Boost des allocations à la CAF en mai

Boost des allocations à la CAF en mai

Les bénéficiaires des allocations familiales peuvent anticiper une hausse significative dès le mois prochain. En effet, en réponse à l’inflation actuelle, la Caisse d’allocations familiales (CAF) ajuste les montants des prestations sociales de 4,6%, avec une mise en application prévue pour mai.

Hausse du salaire net ? Bruno Le Maire propose la TVA sociale

Hausse du salaire net ? Bruno Le Maire propose la TVA sociale

La proposition de réinstaurer une TVA sociale par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, ravive le débat sur l’optimisation de la rémunération du travail en France. L’objectif annoncé est clair : augmenter le salaire net des Français en diminuant le fossé existant entre le salaire brut et le net, qui, selon le ministre, « peut atteindre 40 % à 50 % ».