Choléra : 148 cas recensés, deux décès

par | 10 Juin 2024 | Santé, Société

Entre le 30 mai et le 5 juin, 23 nouveaux cas de choléra ont été signalés à Mayotte, portant le total à 148 cas depuis le 18 mars 2024, selon Santé publique France. Parmi ces cas, 128 ont été acquis localement et 20 importés.


Foyers épidémiques actifs

Actuellement, deux foyers épidémiques restent actifs selon Mayotte Hebdo :

  • Koungou : Deux foyers identifiés, dont un toujours actif avec un total de 76 cas.
  • Passamaïnty (Mamoudzou) : Un foyer récent avec 25 cas.

Les autres foyers, bien que toujours sous surveillance, montrent des signes de stabilisation :

  • M’tsangamouji : 16 cas recensés.
  • Cavani : Un foyer familial avec une circulation minimale de la maladie.

Cas graves et décès

Sur l’ensemble des cas confirmés, 14 ont été jugés graves et ont nécessité des soins de réanimation. Deux décès ont été enregistrés :

  • Une enfant de trois ans, le premier décès depuis le début de l’épidémie.
  • Une femme de 62 ans à Cavani, décédée le 25 mai.

Surveillance et prévention

Les autorités sanitaires continuent de surveiller étroitement la situation, notamment dans les foyers encore actifs. La prévention repose sur des mesures d’hygiène strictes, comme le lavage régulier des mains et la consommation d’eau potable.

Pour toute suspicion de choléra, il est crucial de s’isoler, de s’hydrater et de contacter immédiatement le 15.

Choléra à Mayotte : 148 Cas confirmés


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Les autorités sanitaires de Mayotte lancent une alerte concernant les produits cosmétiques « MULTANI MATI ». Très populaires sur l’île, ces produits contiennent des métaux lourds tels que le plomb, le nickel, le baryum, le cobalt et le zirconium, interdits dans l’Union Européenne.

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?