Arrivée clandestine de 14 Somaliens sur le territoire

par | 18 Jan 2024 | Faits divers, Insécurité

Quatorze Somaliens, treize femmes et un homme, ont été récemment interceptés après un débarquement clandestin sur la plage de Mliha, Mayotte. Le groupe, arrivé il y a moins de quatre heures, a été pris en charge par des individus non identifiés dès leur arrivée.


Selon les informations recueillies par la rédaction France Mayotte Matin via L’info Kwezi à Mliha, les Somaliens ont gardé le silence sur les détails de l’organisation du réseau qui les a acheminés jusqu’à Mayotte. Ils ont toutefois révélé avoir déboursé 4 500 dollars américains chacun pour leur traversée, dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

La gendarmerie, rapidement sur les lieux, a pris en charge les migrants pour les acheminer au Centre de Rétention Administrative (CRA) de Mayotte. Bien que leur futur immédiat reste incertain, il est probable qu’après leur libération, ces femmes et l’homme rejoignent le très polémique camp de migrants du stade de Cavani.

Ces migrants n’avaient pour seuls biens qu’une bouteille d’eau et du pain, fournis par ceux qui les ont accueillis à leur arrivée.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?

Violentes rixes à la sortie des collèges de Tsararano et Mgombani

Violentes rixes à la sortie des collèges de Tsararano et Mgombani

Hier, une bagarre d’une rare violence a éclaté à la sortie du collège de Tsararano. Des jeunes de Dembeni, Iloni et Tsararano se sont affrontés, obligeant les villageois à intervenir pour tenter de calmer les esprits. Cependant, leurs efforts se sont avérés insuffisants, et la situation est rapidement devenue hors de contrôle. Les forces de l’ordre ont dû intervenir pour disperser les jeunes et sécuriser la sortie des classes.