Après onze ans, le CHM sanctionné pour négligence médicale ayant causé le décès d’une enfant

par | 4 Oct 2023 | Justice

Plus d'une décennie après la tragique disparition d'une petite fille de 9 ans due à la drépanocytose, le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) a été condamné pour des manquements graves dans le traitement de la maladie. Les parents de la fillette, qui avaient réalisé des tests pendant la grossesse, n'avaient jamais été informés des résultats positifs.


Lors de la grossesse, le couple avait effectué des tests pour vérifier si leur future enfant était porteur de la drépanocytose, sachant que l’un d’eux était atteint. On leur avait dit qu’en l’absence de réponse sous trois mois, ils pouvaient considérer leur enfant comme non porteur. Cependant, les résultats, qui étaient bel et bien positifs, ne leur ont jamais été communiqués. La fillette décède à 9 ans, faute de traitement approprié rapporte le JDM.

La question de la responsabilité a été au cœur de ce procès tardif. « Une dilution des responsabilités », selon le procureur Yann Le Bris, a empêché un suivi médical adéquat et a même donné lieu à des renvois de responsabilités entre le personnel hospitalier. Le CHM, représenté par l’avocat Me Morel, a reconnu « deux séries de fautes » : l’absence de diagnostic et un traitement inadéquat.

Le procureur a requis une amende de 50 000 euros pour le CHM, soulignant que « la justice n’a pas fait son boulot » en raison du délai excessif pour le jugement. L’établissement a finalement été condamné à une amende de 40 000 euros, dont la moitié avec sursis. Un jugement sur les intérêts civils est prévu pour le 4 avril 2024.

Ce drame met en lumière les graves dysfonctionnements du système de santé et interroge sur l’efficacité des mesures prises depuis pour éviter de telles tragédies. Le directeur du CHM, Jean-Matthieu Defour, assure que l’établissement a évolué et est « désormais certifié B« , mais le procureur Yann Le Bris reste sceptique, vu le nombre de plaintes encore reçues liées à des faits se produisant à l’hôpital.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

La grève à La Poste à Mayotte continue malgré une journée de confrontation judiciaire au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Depuis le 26 juin, les grévistes bloquent le centre de tri de Kaweni, un acte jugé illégal par la direction de La Poste, qui a sollicité l’intervention du tribunal pour lever ce blocage.

Peine allégée en appel pour les attaquants de la Gendarmerie de Sada

Peine allégée en appel pour les attaquants de la Gendarmerie de Sada

La chambre d’appel a rendu sa décision ce mercredi 3 juillet concernant les deux hommes initialement condamnés à quatre ans de prison ferme pour avoir commandité l’attaque de la gendarmerie de Sada, survenue fin janvier lors des mouvements de barrages. La condamnation a été confirmée, mais la peine a été réduite à deux ans de prison ferme.