Une micro-unité de potabilisation, pour les besoins d’urgence, comme réponse à la pénurie d’eau 

par | 20 Sep 2023 | Economie

Mayotte prive actuellement ses habitants d’eau deux jours sur trois et ne pourra bientôt couvrir que 25 à 50 % des besoins de sa population. Les services de l’État annonce l’installation d’une micro-unité de potabilisation pour répondre aux besoins d’urgences. 


Vendredi 15 septembre, quarante sapeurs-sauveteurs de la formation militaire de la sécurité civile sont arrivés à Mayotte. Leur mission « aider à la production et à la distribution d’eau sur le territoire. » Ce mardi, une dizaine d’entre eux présentaient l’unité de potabilisation tout juste installée à proximité de la rivière de Coconi, au centre de l’île. Une installation qui devrait permettre de produire « jusqu’à 200 m3 » par jour, pour des besoins d’urgences. La production pourra alimenter les 15 citernes-cuves, arrivés sur le territoire. « Elles serviront en cas de rupture de canalisations, ou pour alimenter les établissements de santé en cas de problème », souligne Gilles Cantal, le préfet chargé de l’eau sur le territoire. 

 

Une eau qui ne sera pas injectée dans le réseau 

Lorsqu’elles ne seront pas utilisées, ces citernes seront stockées au sein du RSMA de Combani, au centre de l’île. L’unité de potabilisation continuera, de son côté « à produire environ 20 m³ par jour pour faire fonctionner le matériel », souligne le commandant Luc, de la formation militaire de la sécurité civile. Pour autant, cette eau ne pourra pas être injectée dans le réseau public. 

 

Mayotte vit pourtant l’une des pires pénuries d’eau de son histoire. Ses deux retenues collinaires – qui assurent 80 % de la ressource – ne sont remplies qu’à 8 et 17 %. « Contre 71 et 95 % l’année dernière à la même période », indique la préfecture. Lorsque ces deux réserves seront à sec – au plus tard fin octobre – le territoire ne pourra plus compter que sur ses eaux souterraines – qui représentent 15 % de la ressource – et sur l’eau de son usine de dessalement – qui assure 5 % de ses besoins. A ce moment-là, « nous continuerons à produire 20 000 m³ par jour », indique Gilles Cantal, le préfet de l’eau. Pour un des membres de la cellule de crise – qui participe aux réunions hebdomadaires mais souhaite conserver l’anonymat – les capacités de production seront plutôt « autour de 10 000 m³ par jour. » Les besoins en eau de la population sont quant à eux, estimé à 43 000 m³. Et même en privant sa population d’eau courante deux jours sur trois, le territoire ne parvient pas à faire baisser la consommation quotidienne en deçà de 30 000 m³. 

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

L’organisation écologiste Sea Shepherd a joué un rôle clé dans l’arrestation de trois braconniers de tortues sur la plage de Papani à Mayotte, illustrant l’efficacité des actions de préservation de la biodiversité marine.

Fin des restrictions d’eau à Passamaïnty et Tsoundzou

Fin des restrictions d’eau à Passamaïnty et Tsoundzou

La Société Mahoraise des Eaux (SMAE) a annoncé, ce lundi 8 avril, une bonne nouvelle pour les habitants de Passamaïnty et Tsoundzou, dans la commune de Mamoudzou. Les derniers résultats des contrôles sanitaires révèlent une conformité totale de l’eau distribuée avec les normes de qualité pour la consommation humaine.

Un budget départemental 2024 sous le signe de la rigueur avec un soutien de 100 millions d’euros de l’état

Un budget départemental 2024 sous le signe de la rigueur avec un soutien de 100 millions d’euros de l’état

Ce mardi 9 avril, les élus du conseil départemental de Mayotte se réuniront pour voter le budget primitif de 2024. Un événement crucial marqué par la réception d’une aide substantielle de l’État de 100 millions d’euros, faisant suite à une enveloppe de 50 millions pour l’année précédente. Ce soutien financier vise à équilibrer un budget de fonctionnement qui, en retour, exigera du département un engagement vers une gestion plus rigoureuse.