Scandale de l’eau minérale : Un importateur contraint de renvoyer un container de bouteilles non-européennes

par | 24 Mai 2023 | Economie

Mayotte, dans cette période de pénurie d'eau, est le théâtre d'un événement inouï qui suscite l'indignation des acteurs économiques locaux. Manda Notahiana Rakotoniaina, importateur bien connu de la région, a récemment fait part d'une situation préoccupante : le renvoi forcé d'un container de bouteilles d'eau ne provenant pas de l'Union européenne.


Cette affaire met en lumière les difficultés rencontrées par les entreprises locales et l’insuffisance des mesures prises par les autorités compétentes. Selon les dires de Manda Notahiana Rakotoniaina, un autre importateur de Mayotte a été confronté à cette même situation embarrassante. Malgré ses démarches administratives, l’importateur n’a pu obtenir une autorisation de vente pour les bouteilles d’eau en question. Face à cette impasse, il a été contraint de retourner le container dans son intégralité, accentuant ainsi les problèmes d’approvisionnement en eau potable.

Interrogé sur cette affaire, le responsable de la société SOMACO, Manda Notahiana Rakotoniaina, n’a pas caché sa déception et son incompréhension. Il a notamment souligné le besoin de sensibilisation des autorités étatiques à tous les niveaux concernant la problématique de l’eau. « Nous, importateurs, sommes très conscients de ce problème crucial, mais il est essentiel que les services de l’État partagent cette préoccupation », a-t-il déclaré à nos confrères de la1ere.

Les bouteilles d’eau en provenance de Maurice sont les bienvenues

Cependant, Manda Notahiana Rakotoniaina s’est réjoui de la décision du préfet d’autoriser la vente de bouteilles d’eau en provenance de Maurice. Pour lui, cette alternative ne pose aucun problème, puisque sa société dispose d’une centrale d’achat dans ce pays. Cette décision soulève toutefois des interrogations quant à la préférence accordée aux produits étrangers plutôt qu’aux produits locaux, mettant ainsi en péril l’économie de l’île. « Ce n’est pas en vendant de l’eau que l’on va s’enrichir », a poursuivi Manda Notahiana Rakotoniaina.

Il a soutenu la demande du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, qui préconise la vente de l’eau à prix coûtant par les distributeurs. Selon lui, il est primordial d’assurer l’accès à l’eau potable à des prix abordables pour l’ensemble de la population mahoraise. En outre, le distributeur a également évoqué les problèmes d’inflation touchant les produits alimentaires à Mayotte. Il a tenu à rappeler que les distributeurs sont les derniers maillons de la chaîne et subissent eux aussi les augmentations constantes des prix.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

L’organisation écologiste Sea Shepherd a joué un rôle clé dans l’arrestation de trois braconniers de tortues sur la plage de Papani à Mayotte, illustrant l’efficacité des actions de préservation de la biodiversité marine.

Fin des restrictions d’eau à Passamaïnty et Tsoundzou

Fin des restrictions d’eau à Passamaïnty et Tsoundzou

La Société Mahoraise des Eaux (SMAE) a annoncé, ce lundi 8 avril, une bonne nouvelle pour les habitants de Passamaïnty et Tsoundzou, dans la commune de Mamoudzou. Les derniers résultats des contrôles sanitaires révèlent une conformité totale de l’eau distribuée avec les normes de qualité pour la consommation humaine.

Un budget départemental 2024 sous le signe de la rigueur avec un soutien de 100 millions d’euros de l’état

Un budget départemental 2024 sous le signe de la rigueur avec un soutien de 100 millions d’euros de l’état

Ce mardi 9 avril, les élus du conseil départemental de Mayotte se réuniront pour voter le budget primitif de 2024. Un événement crucial marqué par la réception d’une aide substantielle de l’État de 100 millions d’euros, faisant suite à une enveloppe de 50 millions pour l’année précédente. Ce soutien financier vise à équilibrer un budget de fonctionnement qui, en retour, exigera du département un engagement vers une gestion plus rigoureuse.