Philippe Vigier, en visite pour la troisième fois à Mayotte

par | 3 Nov 2023 | Politique, Ressources

Si Gérald Darmanin a annulé sa visite à Mayotte ces 1er et 2 novembre, le ministre délégué chargé des outre-mer, Philippe Vigier, s’est quant à lui, rendu sur place. Au programme : passer en revue les mesures prises dans le contexte de la crise de l’eau qui frappe l’île. 


Philippe Vigier, ministre délégué chargé des outre-mer est arrivé à Mayotte dans la matinée ce mercredi 1er novembre. A l’aéroport, il a été accueilli par une militante du collectif de citoyens Mayotte 2018. « On veut des résultats, lui a-t-elle dit, d’emblée. On a des problèmes et on n’arrive pas à les résoudre. Alors, on compte sur vous. C’est ça ce qu’on attend des élus mais vous ne le faites pas. » 

 

Un accueil qui donne le ton. Le ministre délégué, en visite pour la troisième fois sur l’île depuis début septembre, affirme toutefois sa volonté de « suivre l’avancée des chantiers. » « Il y a déjà des résultats mais c’est totalement insuffisant, concède-t-il. Je ne lâcherai rien tant qu’il n’y aura pas une eau qui coule dans les robinets des Mahorais, mais ça va prendre du temps. » 

 

Les difficultés de fournir de l’eau potable aux élèves 

 

Première étape de cette nouvelle visite pour l’homme d’État : le congrès de la fédération des conseils de parents d’élèves dans le sud de l’île, à Chirongui. L’occasion de faire le point sur les difficultés de fournir de l’eau potable aux élèves, notamment dans les établissements qui ne disposent pas de cuve et ne sont pas reliés au chemin de l’eau, qui alimente en continu les centres de soins et la majorité des établissements scolaires. L’objectif également : faire le point sur les violences, les classes surpeuplées ou encore le manque de moyens humains ou matériels. 

 

600 m³ produit à partir d’un nouveau captage 


Pour faire le point sur l’avancée des mesures d’urgences mises en place sur le territoire, Philippe Vigier s’est ensuite rendu à Tsingoni, dans l’ouest, où des travaux de captage ont été réalisés dans une rivière à proximité de la cascade de Soulou. Cette dernière, qui ne servait pas à alimenter le réseau jusqu’à lors, permet désormais de potabiliser 600 m³ d’eau chaque jour. Ce qui fait d’elle la 11e rivière sur laquelle se repose le territoire pour alimenter son réseau d’eau. Au total, les besoins de la population sont estimés à 43 000 m³. Ce nouveau débit est envoyé, in fine, vers l’usine de traitement des eaux d’Ourovéni. 526 000 € ont été investis dans ce projet. « Il s’agit d’une installation provisoire mais l’objectif est de la pérenniser », indique Ibrahim Aboubacar, directeur du syndicat des Eaux de Mayotte. 

 

Le ministre délégué s’est ensuite rendu en Petite-Terre pour la présentation d’un container-cuve et d’un « camion-ravitailleur ». Ces « réserves » de 20 m³, sont alimentées par une eau produite à partir de la rivière Coconi. Une petite unité de potabilisation y a été installée à proximité pour produire « jusquà 200 m3 » par jour, pour des besoins d’urgences. 

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Dans la perspective de redéfinir les lois régissant Mayotte, les élus locaux ont exprimé des demandes précises lors de leur récente rencontre avec le président Emmanuel Macron. La ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux, a souligné dans un courrier les enjeux cruciaux que ces lois doivent adresser, notamment en matière migratoire et de développement territorial.

Opération de restauration forestière à Acoua

Opération de restauration forestière à Acoua

Les autorités de Mayotte intensifient leurs efforts pour contrer l’agriculture illégale qui menace l’équilibre écologique de l’île. En fin de semaine, une opération conjointe entre la gendarmerie, les agents du conseil départemental et de la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) a été menée dans la forêt départementale d’Hachirongou à Acoua. L’objectif était la destruction de trois hectares de cultures illégales, notamment de canne à sucre, piment, songe, manioc et bananiers.