Participation historiquement basse aux élections présidentielles à Madagascar

par | 20 Nov 2023 | International

Lors du premier tour de l'élection présidentielle à Madagascar, un désintérêt massif des électeurs a été observé. La participation est estimée à un niveau historiquement bas, moins de 20% à l'échelle nationale.


Les premiers résultats partiels indiquent une large avance pour Andry Rajoelina, qui pourrait remporter l’élection dès le premier tour avec environ 72% des voix, selon les chiffres initiaux portant sur 4% des bureaux de vote. Siteny Randrianasoloniaiko et Marc Ravalomanana suivent, en concurrence serrée avec chacun environ 11% des suffrages.

Ce faible taux de participation fait suite à des appels au boycott de dix candidats. Bien que la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ait rapporté une participation de 39% dans les premiers bureaux décomptés, des estimations non officielles suggèrent un taux national bien inférieur, avec moins de deux électeurs sur dix ayant voté. Cette faible mobilisation soulève des questions sur la légitimité du scrutin rapporte La 1ère.

La réaction des autorités est divisée. Le président par intérim, le général Ravalomanana, a déclaré que le taux de participation ne devrait pas être considéré comme un indicateur de légitimité. En revanche, Christine Razanamahasoa, présidente du parlement et récemment exclue du parti présidentiel, a appelé à une réflexion profonde sur ces chiffres et la situation politique actuelle.

Les résultats définitifs, attendus pour le vendredi 24 novembre, sont en cours de compilation par la CENI. Ce scrutin, marqué par une participation extrêmement faible, pourrait avoir des répercussions importantes sur la stabilité politique et la légitimité du futur président malgache.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

Une tragédie maritime est survenue au large des côtes mozambicaines, un bateau de pêche surchargé et non autorisé à transporter des passagers a fait naufrage près d’une petite île de la province septentrionale de Nampula, entraînant la mort de 96 personnes, dont des enfants, selon les autorités locales.