Mayotte : Des prix en hausse de 10 % comparé à la métropole, jusqu’à 30 % pour les produits alimentaires

par | 12 Juil 2023 | Economie

En 2022, les prix à Mayotte sont supérieurs de 10 % à ceux de la France métropolitaine (hors loyers). Cet écart de prix est plus marqué qu'à La Réunion, mais moins qu'aux Antilles et en Guyane.


Il est particulièrement notable dans le domaine de l’alimentation, où les produits coûtent 30 % de plus à Mayotte.

Ainsi, un panier de biens et services composé selon les habitudes de consommation d’un ménage vivant en France métropolitaine coûterait 18 % de plus à Mayotte que s’il était acheté en métropole.

De même, un panier reflétant les habitudes de consommation à Mayotte coûterait 3 % de plus sur l’île qu’en France métropolitaine. Outre les produits alimentaires, les communications et la santé sont également plus coûteuses à Mayotte, tandis que les prix liés au transport sont inférieurs à ceux de la France métropolitaine.

Il est à noter que l’écart de prix entre Mayotte et la métropole s’est accru depuis 2015, où il était de 7 %. Cette augmentation est principalement due à la hausse des prix des produits alimentaires. En effet, en 2015, ces derniers étaient déjà 19 % plus chers à Mayotte qu’en France métropolitaine, mais cette différence a encore augmenté, gagnant 11 points entre 2015 et 2022.

(Source : INSEE)


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Fin de la grève à La Poste

Fin de la grève à La Poste

Après trois semaines de grève, les syndicats de La Poste ont annoncé la fin de la mobilisation ce lundi 15 juillet, suite à la signature d’un protocole d’accord avec la direction.

Un rapport de la CRC sur Mlezi Maore recommande une meilleure gestion

Un rapport de la CRC sur Mlezi Maore recommande une meilleure gestion

La chambre régionale des comptes a publié vendredi dernier son rapport sur la gestion de l’association de solidarité Mlezi Maore. Ce rapport met en lumière plusieurs points nécessitant des améliorations, notamment la clarification des statuts de l’association, la sécurisation des recrutements, et le respect des obligations légales envers les comités sociaux.