Mansour Kamardine traité de « nègre de maison » par un député Martiniquais

par | 26 Déc 2023 | National, Politique

Le député mahorais Mansour Kamardine, récemment élu président de la commission d'enquête sur la gestion des risques naturels majeurs dans les territoires d’outre-mer, a réclamé des excuses publiques de la part de Jean-Philippe Nilor.


Ce dernier, député martiniquais à l’origine de la commission, a tenu des propos jugés insultants et racistes envers Kamardine le 21 décembre, en le qualifiant de « nègre de maison » dans une interview rapporte Mayotte Hebdo.

Mansour Kamardine, choqué par ces termes faisant allusion à l’esclavage, a vivement réagi en qualifiant les propos de Nilor d’inacceptables et attentatoires à son honneur. Il insiste sur le fait qu’il est avant tout un citoyen français, tout en étant fier de ses origines mahoraises, noires et musulmanes. Kamardine refuse catégoriquement toute forme de racisme ou d’ethnicisme, peu importe son origine.

L’élection de Kamardine à la tête de la commission, qui a pour but d’anticiper les risques naturels spécifiques aux territoires ultramarins, a été vue comme une défaite pour Nilor et la Nupes, majoritaire dans les territoires d’outre-mer. L’alliance de gauche considère qu’elle est plus légitime pour présider une commission axée sur les Outre-mer, mais les membres de Renaissance et du Rassemblement national ont préféré le représentant des Républicains. Hormis Christian Baptiste, la gauche n’est pas présente dans le bureau de la commission.

Nilor, en désaccord avec cette issue, a qualifié la commission de « mascarade » et s’est retiré. Il reste désormais sept ultramarins sur les 28 membres de la commission, dont Kamardine, représentant les divers territoires d’outre-mer.


Dans la même rubrique

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux en mission à Mayotte pour une journée dense

Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des Outre-mer, atterrit aujourd’hui à Mayotte pour une visite éclair mais chargée, marquant sa seconde visite officielle sur l’île. Son agenda est focalisé sur des enjeux cruciaux : la sécurité, le développement économique et l’éducation.