Madagascar : une marche pacifique tourne au cauchemar à Itaosy

par | 20 Oct 2023 | International, Politique

Ce qui devait être une marche pacifique a pris une tournure dramatique hier à Madagascar.


Des Objectifs Pacifiques Contrariés

L’opposition avait choisi le quartier d’Itaosy, à l’est de la capitale, pour manifester contre le gouvernement d’Andry Rajoelina. Le choix de ce lieu, loin du centre-ville et proche d’un terminal de transports urbains, n’a pas empêché une escalade de la violence.

Intervention musclée des Forces de l’Ordre

L’atmosphère s’est envenimée lorsque les gendarmes ont saisi le matériel sonore et le générateur prévus pour un meeting. En réponse, les forces de l’ordre ont dispersé la foule à l’aide de grenades lacrymogènes, tirées à un rythme si élevé que plusieurs personnes, dont des enfants, ont été hospitalisées pour des risques d’asphyxie.

Diplomatie en Cours

Après la dispersion musclée, les 11 candidats de l’opposition ont été reçus en urgence par les ambassadeurs occidentaux, sans qu’aucune déclaration ne soit faite à la suite de cette réunion.

Le Bilan : Des Blessés et des Questions

Cette journée de violence rappelle l’urgence d’un dialogue constructif entre les différentes forces politiques de Madagascar. Les images d’enfants blessés par les éclats de grenades lacrymogènes resteront comme le symbole d’une journée noire pour la démocratie dans le pays.

Appel à la Modération

L’incident soulève des questions importantes sur la gestion des manifestations par les autorités et rappelle la nécessité d’assurer le droit de manifester tout en garantissant la sécurité des citoyens. Une enquête et une réflexion s’imposent pour éviter que de tels événements ne se répètent.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Les élus de Mayotte ont été conviés à l’Élysée ce vendredi, où ils ont été informés par le Président Emmanuel Macron et la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, de la nécessité d’une révision participative des propositions législatives prévues pour leur territoire. Initialement prévu pour une remise immédiate, le processus de finalisation des deux lois – une loi ordinaire et une loi constitutionnelle abolissant le droit du sol à Mayotte – a pris un tournant différent.

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

À l’approche de la nouvelle présentation des deux textes législatifs concernant Mayotte, l’issue du vote au Parlement reste incertaine. Emmanuel Macron, au pouvoir pour un second mandat, s’apprête ce vendredi 17 mai 2024 à soumettre de nouveau la loi Mayotte aux élus du 101e département français, en espérant cette fois répondre aux préoccupations majeures de migration, de sécurité et de développement économique.