Madagascar : pas assez d’argent pour une élection présidentielle

par | 11 Mai 2023 | International

L'organisation de l'élection présidentielle à Madagascar fait face à un défi financier majeur. Une lettre, qui a fuité dans les médias, révèle que la présidence de la République a sollicité l'aide de l'Union Européenne pour pallier à l'insuffisance des fonds nécessaires pour la tenue du scrutin.


La Commission Electorale de Madagascar estime à près de 30 millions d’euros le coût total de l’organisation de l’élection. Toutefois, l’Etat n’a pu allouer que 8 millions d’euros pour cette tâche selon nos confrères de la 1ère.

Face à cette situation, les bailleurs de fonds internationaux sont appelés à contribuer financièrement. Dans une démarche d’appel à l’aide, la directrice de cabinet du président Rajoelina a adressé une lettre à la représentante de l’Union Européenne. Dans celle-ci, elle promet que Madagascar s’engagera à réduire de moitié le budget de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante).

L’apparition de cette lettre dans les médias a mis en lumière les difficultés financières auxquelles l’Etat fait face. Cependant, le dilemme se complique davantage, car l’Union Européenne avait déjà annoncé que sa contribution serait minime.

De plus, les Nations Unies se montrent également réticentes à s’engager financièrement. Cette situation rappelle celle de 2018, où la CENI avait dû improviser l’organisation de l’élection avec des ressources limitées. Pendant ce temps, les principaux candidats disposaient de budgets de campagne considérables.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

Une tragédie maritime est survenue au large des côtes mozambicaines, un bateau de pêche surchargé et non autorisé à transporter des passagers a fait naufrage près d’une petite île de la province septentrionale de Nampula, entraînant la mort de 96 personnes, dont des enfants, selon les autorités locales.