Madagascar : le président poursuit son combat pour la castration des violeurs d’enfants

par | 11 Mar 2024 | International

Dans une démarche radicale et controversée, Madagascar s'est engagé dans une nouvelle politique pénale avec l'adoption d'une loi autorisant la castration physique des auteurs de viols d'enfants, en plus d'une peine de travaux forcés à perpétuité. Le président malgache, appuyé fermement par la première dame Mialy Rajoelina, a déclaré sa détermination à défendre cette mesure lors de la journée mondiale des droits des femmes, le 8 mars, malgré les critiques internationales.


Lors d’une visite à Tamatave, Andry Rajoelina a déclaré avec fermeté : « Je défendrai jusqu’au bout la castration des auteurs de viols d’enfants. »

Cette loi, votée en début d’année par l’Assemblée nationale de Madagascar, soulève un débat éthique et juridique intense, opposant la volonté de protéger les enfants à la crainte de possibles erreurs judiciaires entraînant des conséquences irréversibles. Amnesty International, parmi d’autres organisations de défense des droits humains, a exprimé de vives préoccupations, pointant notamment les risques d’injustice en cas d’erreur dans le processus judiciaire.

Le président malgache, cependant, reste inébranlable, affirmant qu’il n’est pas question de revenir sur cette loi qui marque un tournant significatif dans la législation pénale du pays.

Source : Mayotte La 1ère


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

Une tragédie maritime est survenue au large des côtes mozambicaines, un bateau de pêche surchargé et non autorisé à transporter des passagers a fait naufrage près d’une petite île de la province septentrionale de Nampula, entraînant la mort de 96 personnes, dont des enfants, selon les autorités locales.