L’Espagne au bord de la guerre civile ?

par | 15 Nov 2023 | International

Deux Espagnes coexistent, celle qui s'adapte à la mondialisation et au nouveau monde, et celle qui demeure attachée à un passé nourri par un nationalisme profond. Depuis près de deux semaines, l'Espagne est le théâtre d'imposantes manifestations orchestrées par la droite espagnole. À l'origine de ces rassemblements massifs, le rejet d'un processus d'amnistie annoncé par le gouvernement socialiste, comprenant l'annulation de la dette catalane et la promesse de négociations sur un référendum d'autodétermination.


Cette proposition, conditionnée par un vote favorable réinvestissant Pedro Sanchez en tant que Premier Ministre, a déclenché une vague de mécontentement qui transcende les clivages sociaux. Ces manifestations, loin d’être marginales, ont fédéré l’ensemble de la société espagnole.

Des scènes d’émeutes ont éclaté, réprimées violemment par les autorités. Une opposition farouche s’est élevée, qualifiant les événements de « tournant dictatorial«  et évoquant un possible coup d’État. Ce mouvement, initialement dirigé contre le projet d’amnistie, a évolué pour devenir la plateforme exprimant toutes les frustrations, qu’elles soient d’ordre identitaire ou social, à l’encontre du gouvernement en place.

Demain, le Congrès espagnol sera le théâtre d’un vote d’investiture crucial. Les catalanistes, favorables à ce processus, pourraient sceller une dépendance de facto des socialistes envers les indépendantistes pour maintenir leur majorité. La droite espagnole redoute que cela ne conduise à une soumission du gouvernement à l’agenda indépendantiste, mettant ainsi en péril une partie du pays, particulièrement sur le plan économique.

Les manifestants appellent à une mobilisation massive avec pour mot d’ordre de « dormir dans le Congrès« . L’opposition institutionnelle, notamment le parti d’extrême-droite Vox, n’a pas condamné ces actions. Parallèlement, la présence du présentateur américain Tucker Carlson, soutien de Trump, aux côtés du leader d’opposition Santiago Abascal rappelle étrangement les événements du Capitole aux États-Unis.

Des sources au sein de la police indiquent un nombre significatif d’arrêts maladies déposés, soulignant l’importance symbolique d’une attaque contre le Congrès espagnol. Cette institution a déjà été le théâtre d’une tentative de coup d’État en 1981, rappelant les fragilités historiques de la démocratie espagnole.

L’Espagne n’est démocratique que depuis les années 80, et le processus de démocratisation et de libéralisation n’est pas encore complètement achevé. Il sera crucial de surveiller attentivement les événements de demain, car quel que soit le dénouement, l’Espagne est sur le point de vivre un moment historique qui façonnera son destin en tant que nation.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accident aérien à Mohéli : Un décollage raté pour « R Komor »

Accident aérien à Mohéli : Un décollage raté pour « R Komor »

Un incident aérien a perturbé la tranquillité matinale à l’aéroport Bandar Es Salam de Mohéli ce dimanche, impliquant un avion de la compagnie « R Komor ». L’appareil, un Folker 50, a échoué lors de sa tentative de décollage, aboutissant à un arrêt d’urgence qui a conduit l’avion à finir sa course dans une mangrove adjacente à la piste.