Les Forces vives appellent à lever les barrages

par | 22 Fév 2024 | Insécurité, Société

Le collectif à la tête du mouvement social à Mayotte réclame la levée des barrages, estimant qu’il s’agit de la « meilleure des solutions » pour la « poursuite des échanges avec la ministre déléguée aux Outre-mer ». 


Ce jeudi, à l’issue d’une nuit marquée par une série d’incendies criminels à Combani (village de la commune de Tsingoni), des porte-paroles des « Forces vives », les leaders du mouvement social Mahorais, ont appelé à la « levée des barrages » qui paralysent l’île depuis cinq semaines. D’après Safina Soula, présidente du collectif à la tête des manifestations de 2018 sur l’île aux parfums, il s’agit-là de « la meilleure des solutions » pour la « poursuite des échanges avec la ministre déléguée aux Outre-mer ». 

Marie Guévenoux, ministre déléguée aux outre-mer, est attendue à Mayotte dans la semaine du 26 février. Après s’être entretenue avec les parlementaires Mahorais cette semaine, la ministre déléguée se rendra sur l’île « dans le prolongement de l’installation du nouveau préfet de Mayotte », explique un communiqué de la rue Oudinot. François Xavier-Bieuville, dernièrement sous-préfet de Dunkerque, remplacera en effet Thierry Suquet à la fin du mois de février.

 

Un appel à l’union

Après avoir installé le nouveau représentant de l’Etat, Marie Guévenoux sera attendue au tournant par les représentants des « Forces vives » sur plusieurs revendications. Le collectif réclame principalement l’instauration d’un état d’urgence sécuritaire à Mayotte. Il est notamment rejoint par les deux députés de Mayotte -Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine- sur ce point. Le démantèlement du camp de migrants au stade Cavani, à Mamoudzou, figurera également parmi les sujets sur la table de la ministre déléguée. A la mi-janvier, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, avait annoncé que l’opération serait menée à bien en deux mois.

En somme, selon les leaders des « Forces vives », la population Mahorais partage aujourd’hui « les mêmes attentes sur l’éradication de l’insécurité ». L’heure de l’union est donc venue, faute de quoi les divisions aperçues au cours des dernières assemblées générales du collectif pourraient sonner le glas du mouvement social. Vendredi dernier, à l’issue d’une réunion de quatre heures à Tsararano, au sud de Mamoudzou, des barragistes avaient annoncé leur intention de maintenir le blocage de l’île en créant les « Forces du peuple ».


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili demande des précisions sur Wuambushu 2

Le sénateur Saïd Omar Oili se positionne en fervent défenseur des intérêts de Mayotte, mettant en lumière les défis démographiques auxquels l’île fait face. Récemment, il a initié deux actions significatives visant à solliciter l’attention et l’action du gouvernement sur ces questions cruciales.

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

« Chaos généralisé » en Guyane : une pharmacienne de 34 ans assassinée

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni et, plus largement, toute la Guyane, sont plongées dans une profonde consternation après l’assassinat tragique d’Hélène Tarcy-Cétout, pharmacienne de 34 ans, mère de quatre enfants. Le meurtre a eu lieu ce lundi à l’aube, alors qu’elle ouvrait sa pharmacie, un acte d’une rare violence perpétré par un individu sans domicile fixe. Cet événement tragique survient dans un contexte de montée alarmante de la violence dans la région, exacerbant l’inquiétude et la tristesse au sein de la communauté.

(vidéo) Tsoundzou 2 cible d’une opération de police éclair

(vidéo) Tsoundzou 2 cible d’une opération de police éclair

Hier, le quartier de Tsoundzou 2 a été le théâtre d’une intervention rapide de la police nationale, supervisée sur le terrain par le préfet de Mayotte, François-Xavier Bieuville. Cette opération coup de poing s’inscrit dans une série d’actions destinées à maintenir l’ordre et la sécurité dans des zones sensibles de l’île.