Les assaillants de la gendarmerie de Sada condamnés à 4 ans de prison ferme

par | 19 Fév 2024 | Justice

Deux hommes ont été condamnés à quatre ans de prison pour avoir orchestré l'attaque de la gendarmerie de Sada en janvier. Le procès a révélé une tentative d'instrumentalisation de jeunes par promesse de récompenses, dans un contexte de tensions sociales.


Dans la nuit du 28 au 29 janvier, la brigade de gendarmerie de Sada à Mayotte a été violemment attaquée par une cinquantaine de jeunes, incités par deux hommes surnommés Madou et Alger, qui leur auraient promis récompenses et informations stratégiques pour mener à bien leur assaut. Cette attaque, qui s’inscrit dans un contexte de tensions sociales croissantes, a conduit à l’arrestation des instigateurs, ainsi que certains des jeunes participants, et à leur condamnation à quatre ans de prison ferme. Le jugement a révélé une évidente tentative d’instrumentalisation de la contestation pour des fins personnelles. Malgré les preuves accablantes, y compris les échanges téléphoniques entre les deux hommes et le matériel compromettant trouvé chez Madou, les accusés ont nié toute implication, bien que leurs actes aient été clairement identifiés comme une attaque délibérée contre l’ordre public.

Source : Mayotte La 1ère


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Il détrousse un scootériste pour s’acheter des bières

Il détrousse un scootériste pour s’acheter des bières

Au tribunal correctionnel de Mamoudzou, une affaire peu commune était jugée hier : un vol aggravé pour quelques bières. Les faits remontent à août dernier, quand un motard se fait surprendre à Vahibé par deux hommes masqués, armés de machettes, et visiblement déterminés à lui voler 200 euros.

Jacques-Martial Henry en procès contre le Journal de Mayotte pour diffamation

Jacques-Martial Henry en procès contre le Journal de Mayotte pour diffamation

Le JDM (Journal de Mayotte) se trouve au cœur d’une action en justice, intentée par Jacques-Martial Henry, ancien vice-président du Département de Mayotte et ancien chargé de mission chez Mayotte Channel Gateway (MCG), suite à la publication d’un article le 7 juillet 2023. Cet article portait sur la décision de la Cour de cassation d’annuler la relaxe de l’élu et de la présidente de MCG, Ida Nel, dans une affaire de prise illégale d’intérêt, et de les renvoyer devant la cour d’appel de Paris.