Le syndicat Unité-SGP Police FO appelle à un service minimum national

par | 21 Juil 2023 | National

À la suite de la mise en examen de quatre membres de la BAC de Marseille pour "violences volontaires aggravées", et le placement en détention provisoire de l'un d'entre eux, le syndicat Unité-SGP Police FO tire la sonnette d'alarme.


Ce vendredi, le syndicat a critiqué ce qu’il qualifie de « traitement dégradant et dangereux » pour les forces de l’ordre. En réaction, il invite « tous les policiers du territoire national » à se mettre en « position d’attente« , ou service minimum, en utilisant le code 562 rapporte France info.

Dans un document officiel, le syndicat exprime son mécontentement suite à la détention d’un de leurs collègues. Il plaide pour la mise en place d’un « statut spécifique du policier mis en examen« . Selon Unité-SGP Police FO, il est regrettable que les policiers tenus de rendre des comptes à la justice soient toujours tenus pour responsables individuellement, sans remise en question de leur administration.

Les quatre policiers en question ont été mis en examen suite à des allégations de violence survenues à Marseille, des actes supposément commis dans le cadre de leurs fonctions. Le syndicat remet en question la nécessité de placer l’un d’entre eux en détention, arguant qu’il « ne risque pas de troubler l’ordre public » et qu’un simple contrôle judiciaire aurait suffi.

Par ailleurs, d’autres syndicats, comme Alliance et Unsa, se sont joints à Unité-SGP Police FO pour dénoncer cette « décision incompréhensible« . Le SCPN s’interroge lui aussi sur la pertinence de la détention provisoire. Symboliquement, des policiers ont manifesté leur soutien en applaudissant les mis en cause devant les locaux de l’IGPN, formant une haie d’honneur.

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Situation critique des Outre-mer : Audrey Belim interpelle Gabriel Attal

Situation critique des Outre-mer : Audrey Belim interpelle Gabriel Attal

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, la sénatrice (PS) de La Réunion, Audrey Belim, a vivement interpellé le Premier ministre Gabriel Attal sur la situation « critique » des Outre-mer. Entre la résurgence de violences en Nouvelle-Calédonie et l’épidémie de choléra à Mayotte, les territoires ultramarins sont en proie à des crises multiples et persistantes.

Nouvelle-Calédonie : Macron se rend sur place pour apaiser les tensions

Nouvelle-Calédonie : Macron se rend sur place pour apaiser les tensions

Huit jours après le début de violentes émeutes en Nouvelle-Calédonie, suite à une réforme constitutionnelle controversée, le président Emmanuel Macron se rendra sur l’archipel ce soir pour y installer une mission spéciale. L’annonce a été faite par la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot. Malgré une légère accalmie, la situation reste tendue avec des évacuations de ressortissants étrangers et des discussions en cours sur le projet de loi constitutionnelle.

Nouvelle-Calédonie : Un second mort lors des émeutes à Nouméa

Nouvelle-Calédonie : Un second mort lors des émeutes à Nouméa

Les émeutes en Nouvelle-Calédonie, débutées lundi, ont causé la mort d’une deuxième personne à Nouméa, a annoncé Louis Le Franc, haut-commissaire de la République, ce mercredi 15 mai. Lors d’une conférence de presse, il a qualifié la situation d' »insurrectionnelle ». Le premier décès, précisé par Le Franc, n’était pas dû à un tir des forces de l’ordre, mais à une tentative de défense par un civil.