Le SAMU de Mayotte n’interviendra plus la nuit à cause de l’insécurité

par | 21 Déc 2023 | Insécurité, Santé

À Mayotte, le Service d'Aide Médicale d'Urgence (Samu) a pris la décision de ne plus effectuer d'interventions nocturnes suite à une agression survenue dans la nuit du 18 au 19 décembre. Une ambulance du Smur, transportant un patient du dispensaire de Dzoumogné vers le Centre hospitalier de Mayotte (CHM), a été arrêtée par un barrage près de Mamoudzou.


L’incident s’est produit vers 3 h 45 du matin quand un homme cagoulé a menacé l’équipe avec une machette, cherchant des téléphones portables selon Ouest France.

Cet épisode, bien que n’ayant causé aucun blessé physique, a provoqué une vive réaction psychologique chez les soignants. Nora Oulehri, directrice du Samu au CHM, a souligné la violence psychologique subie par son équipe et a déclaré qu’il n’était plus tolérable de risquer sa vie dans l’exercice de ses fonctions.

L’agression a entraîné des rassemblements de personnels devant le CHM et la rédaction d’une tribune adressée au préfet, exprimant la détresse des soignants face aux dangers quotidiens et à la peur constante des attaques. Cette situation a également été relayée par la députée Estelle Youssouffa, qui a réclamé la déclaration de l’état d’urgence pour faire face à la situation critique à Mayotte.

Cet événement s’inscrit dans un contexte d’insécurité croissante à Mayotte, où les interventions d’urgence sont de plus en plus périlleuses, en particulier la nuit. La décision du Samu de suspendre ses interventions nocturnes témoigne de la gravité de la situation et de l’urgence pour l’État de prendre des mesures concrètes pour assurer la sécurité des soignants et de la population.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Alerte sur les produits cosmétiques « MULTANI MATI »

Les autorités sanitaires de Mayotte lancent une alerte concernant les produits cosmétiques « MULTANI MATI ». Très populaires sur l’île, ces produits contiennent des métaux lourds tels que le plomb, le nickel, le baryum, le cobalt et le zirconium, interdits dans l’Union Européenne.

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Le parcours chaotique des clandestins Africains à Mayotte

Omar Osman Adan, Somalien de 22 ans, arrivé à Mayotte en février, exhibe fièrement un récépissé attestant de sa protection internationale. Ce précieux document lui permet de rêver à la métropole, mais comment financer ce voyage crucial?