Le député LR Mansour Kamardine réclame la déchéance de la nationalité française pour les ministres comoriens en réponse à l’opération Wuambushu.

par | 2 Mai 2023 | Politique

Mansour Kamardine ne décolère pas. Il a publié un communiqué le 28 avril dernier pour demander au gouvernement français de prendre des mesures fortes contre les responsables comoriens possédant la double nationalité. Cette demande fait suite au refus de l'Union des Comores d'accepter ses ressortissants expulsés de Mayotte.


En effet, le bras de fer franco-comorien concernant l’opération Wuambushu agace fortement les élus mahorais qui appellent à une réponse ferme de l’État. Le député Kamardine souhaite ainsi que le ministère de l’intérieur et le Quai d’Orsay fassent preuve de « la plus grande fermeté » en retirant la nationalité française aux ministres et hauts responsables comoriens possédant la double nationalité. 

Pour cela, il prône l’article 23-7 du code civil qui stipule que « le Français qui se comporte en fait comme le national d’un pays étranger peut, s’il a la nationalité de ce pays, être déclaré, par décret après avis conforme du Conseil d’État, avoir perdu la qualité de Français ». Le député affirme que la moitié des membres du gouvernement comorien possède la nationalité française et qu’ils tentent de faire échouer l’opération Wuambushu. 

Il demande donc la suspension de tous les visas, y compris ceux de circulation, à destination de Mayotte ou de toute autre partie du territoire français, délivrés à des ressortissants comoriens. Il recommande également la fermeture du service des étrangers à la préfecture de Mayotte ainsi que la suspension de toute instruction de titre de séjour et la fermeture complète du service des visas de l’ambassade de France à Moroni.

En outre, le député souhaite que tout ressortissant comorien sollicitant un visa ou un titre de séjour pour la France reconnaisse par écrit l’appartenance de Mayotte à la France dans ses démarches administratives, et que l’absence de cette reconnaissance soit un motif de rejet de sa demande. Enfin, il estime qu’il est temps que la France étudie la suspension des transferts financiers vers les Comores, une recommandation qui avait déjà été soulevée par d’autres élus de Mayotte.

Cette demande du député Kamardine intervient dans un contexte tendu entre la France et les Comores depuis plusieurs mois, en raison notamment de la question de l’immigration clandestine en provenance des Comores vers Mayotte. Les tensions se sont encore accrues avec l’opération Wuambushu, menée par les forces de l’ordre françaises en avril dernier pour déloger des manifestants comoriens qui bloquaient l’aéroport de Dzaoudzi. Les autorités comoriennes ont alors refusé d’accepter les ressortissants comoriens expulsés de Mayotte.

Source: la1ere.francetvinfo.fr


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Projet de loi Mayotte : les attentes des élus mahorais pour une législation adaptée

Dans la perspective de redéfinir les lois régissant Mayotte, les élus locaux ont exprimé des demandes précises lors de leur récente rencontre avec le président Emmanuel Macron. La ministre des Outre-mer, Marie Guévenoux, a souligné dans un courrier les enjeux cruciaux que ces lois doivent adresser, notamment en matière migratoire et de développement territorial.

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Révision législative : les élus mahorais reçus à l’Élysée

Les élus de Mayotte ont été conviés à l’Élysée ce vendredi, où ils ont été informés par le Président Emmanuel Macron et la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, de la nécessité d’une révision participative des propositions législatives prévues pour leur territoire. Initialement prévu pour une remise immédiate, le processus de finalisation des deux lois – une loi ordinaire et une loi constitutionnelle abolissant le droit du sol à Mayotte – a pris un tournant différent.

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

À l’approche de la nouvelle présentation des deux textes législatifs concernant Mayotte, l’issue du vote au Parlement reste incertaine. Emmanuel Macron, au pouvoir pour un second mandat, s’apprête ce vendredi 17 mai 2024 à soumettre de nouveau la loi Mayotte aux élus du 101e département français, en espérant cette fois répondre aux préoccupations majeures de migration, de sécurité et de développement économique.