L’ancien maire de Chirongui condamné à de la prison ferme pour fraudes électorales

par | 7 Juin 2023 | Justice, Politique

L'ancien maire de Chirongui, Andhanouni Saïd, a été condamné hier par le tribunal de Mamoudzou pour avoir frauduleusement radié des électeurs de la liste électorale. Bien que l'accusé ne se soit pas présenté à l'audience, son avocat, Maître Moussa, l'a représenté. Deux autres accusés, poursuivis pour les mêmes faits, ont comparu devant le tribunal pour s'expliquer. Cette nouvelle condamnation vient s'ajouter à celle de l'année dernière où Andhanouni Saïd avait été reconnu coupable de voyages douteux, de favoritisme et de dépenses illicites aux frais des contribuables.


En tout, 73 personnes ont été officiellement radiées des listes électorales avant les élections départementales de juin 2021. Selon l’avocat de la partie civile, Maître Tesoka, ce nombre pourrait atteindre 239, bien que le scellé contenant les autres cas ait mystérieusement été égaré par le tribunal. Maître Tesoka a souligné que près de 180 radiations douteuses avaient été recensées selon un article du JDM.

L’affaire a commencé en juin 2021 lorsque Maître Tesoka a été contacté par des électeurs mécontents. Il a alors adressé une lettre au maire de Chirongui, l’informant que 73 personnes avaient saisi la justice pour demander leur réintégration sur les listes électorales. La fraude visait à favoriser un binôme soutenu par le maire, représenté par une de ses adjointes et le député LR de Mayotte, au détriment d’un autre duo issu de l’ancienne majorité municipale. Pour cela, tous les électeurs liés à l’ancienne équipe et à l’opposition municipale devaient être écartés.

Les conseillers municipaux avaient reçu pour consigne de recenser tous les électeurs de leur quartier qu’ils ne connaissaient pas, puis de transmettre la liste au maire. Toute personne inconnue était systématiquement exclue sans recours supplémentaire. Cependant, comme l’a rappelé la présidente du tribunal, Chantal Combeau, seul le maire est habilité à procéder à des radiations conformément au code électoral, et celles-ci doivent être justifiées et notifiées aux intéressés.

Lors du procès, Andhanouni Saïd a nié toutes les accusations portées contre lui, tandis que son ancien bras droit a affirmé n’avoir fait qu’obéir aux instructions du maire. L’ancienne responsable du service état-civil a avoué avoir radié les électeurs sur ordre du maire, par crainte de perdre son emploi.

Après délibération, le tribunal a déclaré Andhanouni Said coupable et l’a condamné à 12 mois de prison ferme, avec possibilité d’aménagement de peine, ainsi qu’à cinq ans d’inéligibilité et de privation des droits civiques.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

Un chemin incertain vers l’adoption des lois Mayotte

À l’approche de la nouvelle présentation des deux textes législatifs concernant Mayotte, l’issue du vote au Parlement reste incertaine. Emmanuel Macron, au pouvoir pour un second mandat, s’apprête ce vendredi 17 mai 2024 à soumettre de nouveau la loi Mayotte aux élus du 101e département français, en espérant cette fois répondre aux préoccupations majeures de migration, de sécurité et de développement économique.