Jacques-Martial Henry en procès contre le Journal de Mayotte pour diffamation

par | 20 Mar 2024 | Culture, Justice

Le JDM (Journal de Mayotte) se trouve au cœur d'une action en justice, intentée par Jacques-Martial Henry, ancien vice-président du Département de Mayotte et ancien chargé de mission chez Mayotte Channel Gateway (MCG), suite à la publication d'un article le 7 juillet 2023. Cet article portait sur la décision de la Cour de cassation d'annuler la relaxe de l'élu et de la présidente de MCG, Ida Nel, dans une affaire de prise illégale d'intérêt, et de les renvoyer devant la cour d'appel de Paris.


L’audience, tenue le 19 mars 2024, a mis en lumière les tensions sous-jacentes entre la liberté de la presse et la réputation des individus publics. La défense du JDM, menée par Me Christine Sournies, a soulevé plusieurs points de procédure, notamment des erreurs dans la convocation et une signification au parquet jugée hors délai, qu’elle considère comme des irrégularités suffisantes pour annuler la procédure.

La plaignance de Jacques-Martial Henry repose principalement sur l’usage du terme « monnayage » dans l’article du JDM, qu’il estime diffamatoire car suggérant une corruption. Son avocat, Me Jorion, a contesté les points de nullité évoqués par la défense, arguant que la date de la signification au parquet était conforme aux délais requis.

La présidente Catherine Vannier a décidé de poursuivre l’audience pour examiner le fond de l’affaire, soulignant l’importance de discerner entre la critique légitime et la diffamation.

La décision finale est attendue pour le 30 avril.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

Grève à La Poste : confrontation judiciaire et poursuite du mouvement

La grève à La Poste à Mayotte continue malgré une journée de confrontation judiciaire au tribunal judiciaire de Mamoudzou. Depuis le 26 juin, les grévistes bloquent le centre de tri de Kaweni, un acte jugé illégal par la direction de La Poste, qui a sollicité l’intervention du tribunal pour lever ce blocage.