Eau non potable dans le sud : la préfecture déploie des citernes-cuves 

par | 17 Oct 2023 | Ressources, Santé

Alors que l’eau est toujours impropre à la consommation dans le sud de l’île, la préfecture a déployé des citernes-cuves de 20 m³ dans trois villages pour fournir la population. 


Le 11 octobre, l’agence régionale de santé (ARS) informait que les analyses d’eau réalisés à Choungui , au sud de Mayotte, présentaient des « non-conformités ». L’île vit l’une des pires pénuries d’eau de son histoire et prive ses habitants d’eau courante deux jours sur trois. Dans ce contexte, l’ARS réalise deux fois plus de contrôle de la qualité de l’eau que d’ordinaire. 

 

Une non-conformité à des niveaux élevés 

 

Ces non conformités rendent l’eau impropre à la consommation dans les villages de Bouéni, Chirongui, M’tsamoudou, Bambo-Ouest, Bambo-Est, M’bouanatsa, M’zouazia, Moinatrindri, Hagnoundrou village, Majimeouni village, Tsimkoura, Kani Bé, Kani-Keli, Ngouja et Choungui. Le lendemain, dans les villages concernés par l’alerte, de nouveaux contrôles de la qualité de l’eau confirmaient « la non-conformité à des niveaux élevés. » Afin de suivre l’évolution de la situation, de nouveaux contrôles sont prévus par l’agence régionale de santé. 

 

En attendant, la préfecture a déployé des citernes-cuves de 20 m³ pour fournir la population en eau potable sur la place du marché de Bouéni et devant les écoles primaires de Kani-Kéli et Chirongui, avec l’appui de la Sécurité civile. 

 

200 m³ d’eau pour les besoins d’urgence 

 

Mi-septembre, l’État avait en effet envoyé quarante sapeurs-sauveteurs de la formation militaire de la sécurité civile à Mayotte pour « aider à la production et à la distribution d’eau sur le territoire. » Ces derniers font notamment fonctionner une unité de potabilisation, installée à proximité de la rivière de Coconi, au centre de l’île. Cette installation peut produire « jusqu’à 200 m3 » par jour, pour des besoins d’urgences. « En cas de rupture de canalisations, ou pour alimenter les établissements de santé en cas de problème », soulignait Gilles Cantal, le préfet chargé de l’eau, au moment de la présentation de l’unité de potabilisation, mi septembre. 15 citernes-cuves sont également arrivées sur le territoire pour alimenter les endroits où l’eau ne peut plus être desservie ou n’est plus potable. 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Choléra : un foyer épidémique à Mtzangamouji et 68 cas autochtones

Mayotte fait face à une épidémie de choléra, exacerbée par les défis d’accès à l’eau potable et des lacunes en matière d’assainissement. Santé publique France, en collaboration avec la Cellule régionale de Mayotte et la Réserve sanitaire, intensifie ses efforts pour contrôler la propagation de cette maladie et soutenir les populations affectées.

Opération de restauration forestière à Acoua

Opération de restauration forestière à Acoua

Les autorités de Mayotte intensifient leurs efforts pour contrer l’agriculture illégale qui menace l’équilibre écologique de l’île. En fin de semaine, une opération conjointe entre la gendarmerie, les agents du conseil départemental et de la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) a été menée dans la forêt départementale d’Hachirongou à Acoua. L’objectif était la destruction de trois hectares de cultures illégales, notamment de canne à sucre, piment, songe, manioc et bananiers.