Décision attendue sur un accident de plongée survenu il y a 5 ans

par | 17 Avr 2024 | Justice

Cinq ans après un grave accident de plongée qui a vu un plongeur gravement blessé par l'hélice d'un bateau, le tribunal judiciaire de Mayotte a examiné ce mardi les circonstances de l'événement. Le directeur de plongée du club Happy Divers et la sécurité à bord étaient au cœur des débats.


Le 8 novembre 2019, lors d’une plongée nocturne organisée par le club, un incident a gravement blessé J.M., un plongeur expérimenté, lorsque l’hélice du bateau lui a entaillé la jambe rapporte le JDM. Selon le directeur de plongée, C.M., la manœuvre en marche arrière était nécessaire pour éviter de heurter le platier, mais a conduit à l’accident.

Le procès a mis en lumière des pratiques potentiellement dangereuses et une possible négligence dans les mesures de sécurité habituellement strictes dans les activités de plongée. Le directeur de plongée a insisté sur le fait que les plongeurs avaient été briefés sur les procédures, mais l’accident soulève des questions sur l’efficacité de ces directives.

L’avocat de J.M., Me Hugo Salquain, a réclamé des dommages et intérêts substantiels, tandis que la vice procureure Françoise Toillon a pointé une imprudence de la part de C.M., demandant une condamnation pour négligence. La défense a cependant argué que les actions de C.M. ne constituaient pas une violation directe des normes de sécurité, mentionnant une absence de régulations spécifiques concernant la remise en marche des moteurs après la mise à l’eau des plongeurs.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Jugement de Rachadi Saindou et Salime Mdéré le 25 Juin

Jugement de Rachadi Saindou et Salime Mdéré le 25 Juin

Rachadi Saindou et Salime Mdéré, deux figures politiques de Mayotte, seront fixés sur leur sort le 25 juin prochain, suite à des accusations graves portant sur le détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts, parmi d’autres délits. Leur procès s’est déroulé le 21 mai, révélant les détails d’une affaire complexe mêlant emplois fictifs et marchés publics irréguliers.